♦♦♦ - London In The Dark - ♦♦♦

♦♦♦ - London In The Dark - ♦♦♦

♦ Découvrez la face caché de Londres... ♦
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Attention Attention


Si vous voulez une demeure pour votre personnage, il sera

désormais obligatoire d'aller en faire la demande ici.


Nous vous créerons donc un sujet portant le nom que vous

nous aurez fait parvenir, dans le quartier demandé. Ainsi vous

pourrez poster vos RP dans le sujet approprié.


Merci de votre compréhension !


Partagez | 
 

 146 Parklane drive

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: 146 Parklane drive   Dim 15 Mai - 20:37

Vincenzo était épuisé du voyagement et fut soulagé d'arriver à l'adresse que lui avait fournit la famille pour son séjour à Londre.

Vincenzo sortit la clé de la porte et l'inséra dans celle-ci. La pporte se débarra du premier coup et Vincenzo pénétra dans la demeure. Une fois ses bagages déposés dans la chambre à coucher, il fit le tour de l'appartement pour voir ce que la famille Altobello avait déniché pour lui. Dans le salon, il trouva une vieille télévision et un divan quand même joli. Il alla à la cuisine et découvrit que la famille avait pensé à tout. Le garde-manger était fraichement rempli et le frigo aussi. Il y avait même un panier plein de fruits avec une bouteille de vin sur la table. Vincenzo s'approcha et vit une lettre dans ce panier. Il l'ouvrit et trouva une lettre.


Cher Vincenzo,
J'espère que tu trouveras le confort dont tu as besoin dans cette modeste demeure.
Tu trouveras que nous avons prit la peine de préparer ton arrivé. Cette semaine, nous avons même fait installer l'internet pour que tu puisses profiter pleinement des attractions touristiques que peut offrir Londre, même si tu as une mission ici.

Ton cher ami, Paulie.

P.S: Tu es dorénavant seul et cette demeure à été payée en argent comptant, donc t'as pas à t'en faire avec un propriétaire.



Vincenzo sortit de la cuisine et alla chercher son portable dans sa mallette. Il ramena celle-ci dans la cuisine et la déposa sur la table. Il ouvrit la mallette et en sortit le portable pour ensuite l'installer sur la table. Puis, il se ravisa et alla prendre une bonne douche!


Dernière édition par Vincenzo Altobello le Mar 23 Aoû - 23:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mar 23 Aoû - 23:23

«Nous avons repéré un individu ayant perpétré le massacre d'un véritable nid de vampires voilà deux jours. Depuis quelques semaines, le White Cross était le lieux de rendez-vous d'une vingtaine de monstres et cet homme en a au moins exterminé le quart, à lui seul et à l'arme blanche. Il semblerait qu'il ait été accompagné pendant les faits, mais on manque de précisions au sujet d'un éventuel partenaire. Le directeur vous ordonne d'établir le contact et de lui proposer de rejoindre nos rangs. Des questions?»

-Je ne risque pas de me faire écharper aussi?

-Selon nos sources, l'individu en avait après un vampire précis, il s'est éclipsé sitôt sa tâche accomplie.

-On connaissait sa victime?

-Non, c'était un étranger doté d'un passeport italien.

-Et le tueur?

-Paulie Diaposo. Italien. Habite au 146 Parklane Drive, appartement 3. Pas dans nos fichiers.

-Est-ce que c'est une voix enregistrée?

-Quoi?

-Vous parlez toujours de façon aussi formelle?

-Euh... c'est que... je ne suis pas... je dois, enfin, avez-vous compris votre mission, agent Alison?

-Bien reçu. Je vais à la rencontre d'un tueur en puissance, je dépose votre carte de visite et si j'ai le temps, j'essaie de rester en vie. Facile, c'est comme faire du porte à porte.

Polly avait sèchement raccroché au nez du petit secrétaire qui avait cru bon d'utiliser le terme plein de délicatesse de «monstre» dans son compte-rendu. Bien que compréhensive face au malaise des nouveaux qui la croisaient dans les couloirs du QG, Polly attendait de la part des membres expérimentés un certain tact et son interlocuteur le comprit avec un temps de retard.

À présent, l'inquisitrice remontait discrètement une allée bordée de petites boutiques secondaires et de nombreux blocs appartement. Emmitouflée à l'excès comme à chaque fois qu'elle évoluait en public, la jeune femme remercia ses grands dieux pour la fraîcheur crue de cette nuit automnale : autrement, de quoi aurait-elle eut l'air, inutilement affublée de ses gants, de son foulard et de sa casquette de laine molle à la Oliver Twist? Malgré cela, les immenses lunettes noires qui glissaient sur son nez et les souliers de gamine qu'on apercevait parfois sous les pans de son pantalon XL attira les regards intrigués d'une minorité de passants observateurs.

L'immeuble était plutôt quelconque pour abriter un tueur de vampire, la porte principale n'était même pas fermé à clé. Polly monta les marches d'un pas décidé, un peu nerveuse à l'idée de se retrouver face à face avec un civil. «Voilà, j'y suis.» Elle vérifia que ses SIG-Sauers ne bosselait pas son jeans, histoire de ne pas éveiller les soupçons, et inséra son oeil de verre dans son orbite vide, pour faire bonne impression, «la première étant la plus importante» répétait toujours sa mère. Elle eut un petit pincement au coeur à ce souvenir.

Une dernière fois, elle rechigna pour la forme en pensant «Pourquoi moi?» avant de lever son poing ganté et de frapper trois coups à la porte du numéro trois.


Dernière édition par Polly Alison le Jeu 13 Oct - 19:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mar 23 Aoû - 23:34

Vincenzo venait de sortir de la douche lorsqu'il entendit frapper a sa porte. Vincenzo ne connaissait personne ici et il connaissait Paulie pour etre tres discret et ne viendrait jamais compromettre la securite de Vincenzo. Cela était louche. Vincenzo s'habilla en vitesse et prit un couteau plus large que les autres, son préféré. Avant d'ouvrir la porte, il regarda par l'oeil magique pour savoir qui se trouvait de l'autre coté. Il y vit une jeune fille, habillée un peu trop urbain a son gout. Il entrouvrit la porte juste assez grande pour y passer la tête et garda son couteau dans son dos, pret a frapper au moindre signe de piege.

- Oui? Qui êtes-vous?

Il n'aimait pas prendre de risque et se dit que elle était peut-etre une connaissance de Paulie, quoi que l'air indifferent de celle-ci lui fit penser qu'elle ne connaissait pas le mafiosi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mer 24 Aoû - 11:29

Polly n'en revenait pas. Non content de porter un prénom semblable au sien, celui qui ce tenait dans l'embrasure de la porte ne devait même pas avoir vingt ans! Plus jeune qu'elle! Après ce qu'on lui avait communiqué, elle s'imaginait un type baraqué aux airs de mercenaire, avec assez de cicatrices pour renvoyer les siennes au rang d'égratignures. Mais rien de tout cela ne semblait au menu, et c'était un jeune homme aux cheveux sombres et humides (l'unique détail dont elle était certaine à cause de ses verres fumés) qui la dévisageait d'un air soupçonneux. L'inquisitrice hésita sur la marche à suivre. La première solution, la plus efficace pour obtenir un maximum d'effet, consistait à ouvrir la porte à coups de pied. Par contre, cela risquait d'éclater le nez de ce Diasposo, ce qui ne serait pas très hygiénique et encore moins pratique. La seconde méthode, la plus utilisée, était de se montrer polie.

- Oui? Qui êtes-vous?

Ah! Il l'avait devancée. L'accent étranger était clairement audible, et le mauvais stéréotype du gino italien ajouta à l'incertitude de Polly qui commençait à croire que cette rencontre n'était qu'un énorme malentendu. Limite un canulard. La jeune vampire se redressa néanmoins pour respirer un grand coup : visage sérieux, dos droit, voix ferme, elle représentait l'Inquisition et se devait d'être professionnelle. Cette pensée ramena à sa mémoire le bureaucrate qu'elle avait envoyé valser une heure plutôt, et manqua de la faire sourire, ce qui aurait un peu gâché le masque officiel qu'elle venait de se composer. Au moins ce petit regain de joie fit-il remonter son naturel optimiste et Polly se dit que, peut-être, cet homme cachait-il quelques talents indétectables au premier abord.

-Mr Diasposo? Je suis Polly Alison, de la Sécurité britannique, et je voudrais vous parler de certains événements auxquels vous auriez participé voilà deux ou trois jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Dim 28 Aoû - 11:22

-Mr Diasposo? Je suis Polly Alison, de la Sécurité britannique, et je voudrais vous parler de certains événements auxquels vous auriez participé voilà deux ou trois jours.

Diasposo? Mais pourquoi l'appellait-elle ainsi? Serait-ce le nom de Paulie? Après tout, c'était lui qui avait trouvé cet appartement.De plus, quelquechose le troubla énormément. Cette fille était si jeune, mais pourtant elle affirmait avec un calme et une autorité étonnante qu'elle faisait partie de la sécurité britannique. Son contacte l'avait-il dénoncer? Cette pourriture de femme....
Si elle était au courant pour le massacre de l'autre jour, pourquoi n'y a-t-il pas plus d'officier? Non, elle n'était pas ici pour l'arrêter. Il décida après une seconde de jouer le jeu et voir ce qu'elle veut.


-Oui c'est bien moi. En quoi puis-je vous aider?

Le couteau que tenait Vincenzo était maintenant brulant. Il était calme, mais certainement inquiet qu'il avait été vu. S'il fallait qu'elle sache sa vraie identité, il l'a tuerait. En préparation a cette éventualité, il décida de faire quelquechose de risqué, mais plus sécuritaire que de prendre le risque qu'un voisin les voit.

-Voulez-vous entrer? Nous pourrons mieux discuter.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Dim 28 Aoû - 22:16

-Oui, c'est bien moi. En quoi puis-je vous aider?

Un silence plana quelques secondes, puis il ajouta :

-Voulez-vous entrer? Nous pourrons mieux discuter.

Calme, courtois et coopératif. Soit son vis-à-vis ignorait tout de cette affaire, soit il avait les manières d'Hannibal Lecter. À peine cette idée eut fait courir un mauvais frisson dans le dos de la jeune femme que celle-ci se rassura aussitôt : dans le monde réel, les morts-vivants avaient la vie dure et les serial killers se démasquaient bien assez vite. Son corps se détendit. Sa carrure de chicot avait beau amoindrir sa puissance de vampire, elle restait physiquement plus forte que bien des humains. Elle passa donc tranquillement le seuil, en prenant soin d'articuler clairement lorsqu'elle remercia le jeune homme (son écharpe de laine avait tendance à étouffer sa voix).

-Merci, c'est très aimable.

C'était un appartement comme mille autres à Londres, aussi banal que le laissait présager la façade extérieure. Une panière de fruits entamée faisait office de centre de table, et le petit salon exposait un sofa, ainsi qu'une télévision que Polly jugea archaïque. Un détail attira cependant son attention : alors qu'elle s'attendait au 4 1/2 bordélique d'un étudiant célibataire, la seule traînerie digne de mention était le trenchcoat foncé que le propriétaire saisit d'un mouvement vif de sa main libre. Le manteau oscilla lourdement avant d'être partiellement dissimulé par les jambes de l'Italien. L'adolescente le dévisagea d'un air interrogateur. D'un geste, elle ramena sa frange, exceptionnellement attachée par un simple élastique rose, sous sa casquette pour mieux étudier l'individu.

Il était assez grand, plus que Polly, et ses vêtements bien coupés empêchait cette dernière d'évaluer sa stature avec certitude. Chose étrange, il portait une cravate, attachée de travers (probablement en vitesse), mais ni soulier ni bas. Cela, ajouté à ses cheveux séchant n'importe comment, contribuait à débrailler le look mature qu'il arborait malgré tout très naturellement.

«Drôle de personnage» pensa la vampire dans son for intérieur. Mais elle avait une mission à remplir.

-J'espère ne pas trop vous déranger, commença-t-elle avec un regard pour les pieds nus du jeune homme, mais il se trouve que mes supérieurs tenaient à vous contacter rapidement. On leur a rapporté que vous auriez pris part à une bagarre qui aurait eu une issue... disons, définitive... pour vos adversaires.

Voilà. Amener la chose par la bande, histoire de ne pas l'effrayer... ou de ne pas se faire sauter à la gorge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Lun 29 Aoû - 0:31

-J'espère ne pas trop vous déranger, mais il se trouve que mes supérieurs tenaient à vous contacter rapidement. On leur a rapporté que vous auriez pris part à une bagarre qui aurait eu une issue... disons, définitive... pour vos adversaires.


Elle était au courant! C'est à ce moment que, dans toute série télé, le meurtrier s'avoue vaincu et clame avec désespoir que les autorités ne comprennent pas pourquoi il a agit ainsi. Ce n'est pas le cas de Vincenzo. Il écouta les paroles avec non-chalance et essayait fort bien de dissimuler l'excitation grandissante d'un possible meurtre. Il ne voulait pas cependant verser son sang que parce qu'elle savait. Si elle aurait voulu lui nuire, pourquoi venir seule a son domicile et même accepter d'entrer dans sa demeure?

son regard devient paisible et il affirma avec calme:

-Hmmm, peut-être l'homme que vous croyez chercher n'est pas celui que vous croyez avoir trouver.

un sourire apparut au coin de ses lèvres. Il ajusta le noeud de sa cravate et marcha jusqu'à sa cuisine pour se verser une tasse de thé qu'il avait fait bouillir avant de partir dans sa douche. Tout au long, jamais ses yeux ne quittèrent son invitée. Il versa une tasse pour elle et revient au salon tenant les deux tasses.

-Puis-je vous offrir une tasse de thé? Il semble que cette discussion risque d'être plus longue que j'anticipais.

Ce qu'elle ignorait c'est que Vincenzo avait un couteau de son manteau dans la manche de sa chemise, juste au cas ou la situation virerait au vinaigre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Lun 29 Aoû - 22:28

-Hmmm, peut-être l'homme que vous croyez chercher n'est pas celui que vous croyez avoir trouver.

Il avait un sourire étrange, presque... carnassier, pensa Polly. Mais elle n'eut pas le temps d'approfondir ses réflexions car déjà, Diasposo retournait à sa cuisine. Le regard gris de l'inquisitrice s'acéra derrière ses lunettes : l'Italien se mouvait à la manière particulière des félins, doucement, mais avec énergie, sans faire de bruit superflu, contrairement à certaines personnes qui tentaient de faire forte impression en étalant leurs aptitudes (nous ne nommerons personne, mais la jeune femme eut une petite pensée pour quelques inquisiteurs de sa connaissance). Selon Polly, c'était une démarche de prédateur, impression accentuée par les yeux du jeune homme qui ne la lâchaient pas, alors qu'il se saisissait d'une bouilloire d'où s'échappait une fine vapeur.

Tous ces détails mirent la jeune femme aux aguets, et son taux d'adrénaline grimpa sensiblement. Le calme était pourtant de mise, pour sa sécurité autant que celle de l'humain : imperceptiblement, elle ralentit son souffle et se concentra un court instant sur le poids familier des pistolets battant ses cuisses.

-Puis-je vous offrir une tasse de thé? Il semble que cette discussion risque d'être plus longue que je l'anticipais.

Meeerrr-deee ! ! ! Une seconde d'inattention et la situation dérapait! Si son interlocuteur avait été l'un de ses collègues, Polly se serait laissée tenter par l'infusion qu'il lui proposait, histoire de varier son ordinaire composé de poches de sang fournies par l'Inquisition, mais ce civil était un parfait inconnu, et elle n'était pas pressée de lui dévoiler ses sutures. Le coeur serré par la nervosité, elle prit délicatement la tasse qu'il lui tendait et en respira l'arôme, sans pour autant faire mine d'abaisser son foulard pour porter le breuvage à ses lèvres. Cela pourrait jouer en sa défaveur, mais elle ne désirait pas révéler sa nature nocturne à cet homme qui ignorait peut-être la réalité des nuits londoniennes. Elle répondit le plus naturellement qu'elle put:

-Je ne cherche pas, Mr Diasposo, pas plus que je ne crois trouver des gens. Je les rencontre, après qu'on me les ait indiqués.

Polly manqua de soupirer. Bien que sa dernière tirade eut été formulée dans les règles de l'art, le ton employé s'approchait plus de l'adolescente boudeuse que de la tueuse chevronnée.



«Deuxième puberté en vue, ma vieille?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Lun 29 Aoû - 23:06

-Je ne cherche pas, Mr Diasposo, pas plus que je ne crois trouver des gens. Je les rencontre, après qu'on me les ait indiqués.

Cette remarque fit l'effet d'une bombe de lumière dans sa tête. La raison pourquoi elle ne l'avait encore arrêter. Ce n'était pas elle qui le cherchait mais quelqu'un d'autre de plus haut placé. Ce ne pouvait être que ça. Cette manière avec laquelle elle répondit le lui confirma. Il avait cependant peur, car qui pouvait avoir su pour ce qui s'est passé au bar. Apart son contact et lui-même, personne n'était autour. Le bar était dans un quartier faible en population pourtant. Ce devait être des gens bien informés, mais ils avaient commis une erreur. Ce n'était pas Paulie qui se trouvait devant elle, mais bien un Altobello. Il décida de percer ses défenses et la déstabiliser du même fait.

Vincenzo pouffa de rire.

-Certes vous m'avez trouvé, mais à quel but? Je ne suis pas Mr. Diasposo. Si vous faites vraiment partie des services Britanniques, j'ai pitié pour eux. Leur système d'information est si je peux le dire, déplorable. Je vous demande donc, que voulez-vous?


Vincenzo la regarda avec un sourire sympathique mais fier. Il savait qu'il prenait des risque en dévoilant cette information, mais la sensation du couteau a son poignet le rassura.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Sam 3 Sep - 15:03

Beaucoup vous le dirons, l'information est une arme pour qui sait l'utiliser et l'éclair de compréhension qui traversa le visage de l'Italien avait une lueur de mauvais augure. L'homme, pensa Polly, avait maintenant une longueur d'avance, bien qu'elle ignora à quel sujet. Un ricanement la ramena à la réalité : son interlocuteur changeait d'attitude.

-Certes vous m'avez trouvé, mais à quel but? Je ne suis pas Mr. Diasposo. Si vous faites vraiment partie des services Britanniques, j'ai pitié pour eux. Leur système d'information est si je peux le dire, déplorable. Je vous demande donc, que voulez-vous?

Non mais, il en avait, du culot! S'il ne s'appelait pas Paulie Diasposo, pourquoi ne pas l'avoir dit tout de suite? Le gars la prenait pour une cruche? En quel honneur? «Le système d'information britannique est déplorable.» À quoi rimait cette attaque? C'était presque personnel! Et au final, était-il vraiment celui qu'elle cherchait, comme lui-même l'avait fait remarqué plus tôt? Non. Ce détail-là était indiscutable : il était beaucoup trop calme pour tout ignorer de la situation. Polly serra les dents : le sentiment d'avoir perdu son temps la brûlait, elle avait envie de mordre quelqu'un. Façon de parler bien sûr, car il lui était interdit de se nourrir directement sur des civils, sous peine de mort. Mais l'arrogance de la répartie, sa tournure distinguée et l'air suffisant du type qui la regardait de haut acheva de la mettre en rogne.

L'entraînement de la jeune vampire l'empêchait de faire payer l'impertinent comme elle l'aurait voulu. Par contre, son éducation très british lui avait laissé assez d'outils pour lui rendre la monnaie de sa pièce comme il convenait. Elle eut un vilain sourire dans son écharpe et, avec une lenteur aristocratique, retira ses lunettes noires pour découvrir ses yeux qui s'étendaient dans son visage comme deux nuages d'orage. Elle tenait à ce que son vis-à-vis sente bien son irritation.

«D'abord, on ne dit pas à quel, mais dans quel but. Et la réponse est simple, c'est pour vous proposer un marché. Il semblerait qu'il y ait eu erreur sur le nom, mais pas sur l'intéressé : vous êtes bien l'homme responsable de la mort d'un minimum de cinq.... clients du bar le White Cross, mardi dernier. Vos manières le prouvent.»

Le regard soudé aux iris bleus de l'inconnu, portée par un frisson revanchard, Polly se pencha et assena encore :

«Vous avez trouvé le moyen de faire parler de vous au sein d'un milieu dont vous n'avez peut-être jamais entendu parler. Je tâcherai de transmettre votre plainte au service de recherche, bien que je doute qu'ils admettent leur erreur : ils ont l'orgueil chatouilleux. Mais avant tout, c'est à moi de vous demander : croyez-vous aux légendes, Mr l'Italien?»


Dernière édition par Polly Alison le Jeu 15 Déc - 21:32, édité 2 fois (Raison : Une connerie, rien de grave.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Dim 11 Sep - 23:30

- Vous avez trouvé le moyen de faire parler de vous au sein d'un milieu dont vous n'avez peut-être jamais entendu parler. Je tâcherai de transmettre votre plainte au service de recherche, bien je doute qu'ils admettent leur erreur : ils ont l'orgueil chatouilleux. Mais avant tout, c'est à moi de vous demander : croyez-vous aux légendes, Mr l'Italien?


Vincenzo remarqua qu'elle perdait patience. De toute évidence, c'était bien lui que l'on recherchait, mais ce qu'il y avait de curieux c'est que ce n'était pas pour l'arrêter. Pour la première fois dans sa vie, on l'avait retracé, localisé et rencontré. Elle devait faire partie d'une organisation très puissante. Plus puissante qu'elle ne le laissait paraitre. Mais quelle cachotière cette jeune. Vincenzo était intéressé, très intéressé.

C'est avec un sourire moqueur qu'il dit:

-Nul besoin de perdre son calme ma chère. Aux légendes, non, mais aux monstres, oui.

Vincenzo rit un franc coup.

-Premièrement, laissez-moi me présenter. Mon nom est Vincenzo Altobello. Si je puis me permettre de rajouter, vous ne trouverez aucune trace de mon existence, peu importe la base de données, car je n'y ai jamais été inscrit. Pour ce qui est du White Cross, je suis l'auteur de ses meurtres, c'est vrai. Mais dites-moi, qu'est-ce que votre organisation veut d'un simple assassin?

Vincenzo la regardait maintenant sans aucune trace de mépris, comme s'il s'adressait à un égal. Il voulait savoir ce qu'elle désirait lui proposer et pour ce faire, il décida de jouer franc jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Lun 12 Sep - 21:56

L'utilisation du terme «monstre» faillit jouer en la défaveur du jeune homme en aigrissant davantage l'inquisitrice, mais heureusement pour celui-ci, la bonne nature de cette dernière reprit le dessus et elle se radoucit. La situation devenait de plus en plus étrange : une tasse de thé à la main, elle dialoguait avec un total nobody, même pas un John Doe, capable de trucider sans broncher le prédateur naturel du citoyen moyen (et elle ne pensait pas à l'Impôt).

- Enchantée de faire votre véritable connaissance. De mon côté, je reste toujours Polly Alison et je représente les Bureaux inquisitoriaux anglais. Puisque vous affirmez déjà connaître l'existence de... monstres (le mot laissa une amertume désagréable sur sa langue) je reviendrai plus tard sur ce chapitre et on va sauter directement à la proposition : vous n'êtes pas «un simple assassin» et vos talents intéressent mes employeurs. Ils vous proposent de joindre nos rangs. Soyez conscient que c'est un travail rémunéré, mais dangereux et vous pouvez vous asseoir sur l'assurance vie.

La vampire inspira un grand coup lorsqu'elle eut fini sa tirade. Avait-elle oublié quelque chose? Difficile d'y réfléchir, car la température ambiante confortable, ajoutée à ses pelures d'oignons, contribuait à la rendre légérement nauséeuse. Elle regretta de ne pas pouvoir découvrir son visage, au risque d'effrayer une possible recrue ; son salaire s'en ressentirait. Au moins l'expression de son interlocuteur ne lui donnait-elle plus matière à bouillir.

- Est-ce qu'on peut continuer cette conversation dehors? Il fait un peu chaud ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mar 13 Sep - 0:49

- Est-ce qu'on peut continuer cette conversation dehors? Il fait un peu chaud ici.

-Mais certainement. Suivez-moi.

Vincenzo se mit en marche vers les escaliers qui menaient directement au toit de l'immeuble qui se situaient sur son balcon arrière, loin des regards curieux.Il savait que nul ne les dérangeraient là-haut. Pendant qu'il menait le chemin, il repensa à ses paroles. une partie de son discour l'avait frappé: « Bureaux inquisitoriaux». Cette fille ne pouvait certainement pas faire partie non seulement d'un service secret, encore moins de l'inquisiton. Vincenzo en connaissait peu sur ces inquisiteurs, mais Les Altobello leur devait, à ce qu'il parait, la survie de la famille. On dit que ce sont des chasseurs de monstres. Quelquechose ne tournait pas rond ici. Elle ne pouvait simplement pas être dans cette organisation à cet âge. À moins qu'elle... non! Cela ne se pouvait pas! Comment avait-il pu être si dupe. Elle devait être un être surnaturel. Hmmm, cela le tracassait énormément, mais il n'en dit rien. Après tout, elle était de leur côté non? Il continua l'ascension des marches sans un mot.


Elle voulait lui offrir un emploi risqué, mais certes plus amusant que les banalités de contrats de la Famille. Il aviserait la Famille ce soir. Son choix était déja fait.

Ils arrivèrent sur le Toit qui, comme d'habitude, était désert. L'air frais caressa le visage de Vincenzo. Il adorait se retrouver dehors.

-Si j'accepte votre offre, devrai-je couper les liens avec La famille ou puis-je garder un contact avec eux? Je ne crois pas qu'ils seraient d'accord si je quitte leur territoire sans leur donner quelquechose en retour. Vous comprendrez bien qu'il n'y a que deux façons de sortir de la Cosa Nostra; payer une somme faramineuse, même pour vous ou la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mar 13 Sep - 21:44

La froidure nocturne fit un bien énorme à Polly, le choc thermique replaçant ses idées d'un coup sec et tuant son malaise dans l'oeuf. Alors qu'elle soupirait de soulagement, un nuage de buée presque invisible s'étira devant son visage, déposant des perles d'humidité dans sa frange et terminant sa course évanescente dans le halo nébuleux des lumières de la ville. C'était magnifique. Les fenêtres illuminées dessinaient le négatif des immeubles londoniens, accentuant l'ombre de leurs silhouettes carrées et rappelant que, comme n'importe quelle métropole, la City ne dormait jamais.

- Si j'accepte votre offre, devrai-je couper les liens avec La famille ou puis-je garder un contact avec eux? Je ne crois pas qu'ils seraient d'accord si je quittais leur territoire sans leur donner quelquechose en retour. Vous comprendrez bien qu'il n'y a que deux façons de sortir de la Cosa Nostra; payer une somme faramineuse, même pour vous, ou la mort.

Toujours obnubilée par le paysage, la jeune femme répondit machinalement, sans plus une once d'inquisitrice dans la voix. Juste elle.

- Non, il est rare que l'Inquisition empêche ses membres d'entrer en contact avec l'extérieur, quoique vous devrez filtrer l'information que vous communiquerez aux... disons, profanes. Ceux qui ne savent pas. Mais êtes vous sûr que votre «Famille» vous laisse vraiment le choix? À vous entendre, ç'a l'air délicat.

La nostalgie l'assaillait. La présence du jeune homme à ses côtés lui rappelait sa première vie... son humanité. Elle n'osait pas penser «son humanité perdue», c'était trop drastique. «Je ne suis pas un monstre» souffla-t-elle pour se mettre du baume au coeur. Après tout, qu'avait-elle en commun avec les vampires qu'elle chassait, à part cette obligation de se nourrir de sang? «Rien»

D'un geste furieux, elle arracha sa casquette et tira sur son écharpe pour dégager son visage. De l'air, elle étouffait! Deux secondes trop tard, elle se souvint que, contrairement à son habitude, elle n'était pas la seule perchée sur le toit! Mince! Dans un élan de surprise paniqué (et pas très brillant) elle pivota vivement vers l'Italien. L'autre, Altobello, avait-il remarqué quoi que ce soit? Ou la noirceur avait joué en sa faveur?

«Encore heureux que j'aie deux yeux à lui présenter!» se morigéna la vampire.


Dernière édition par Polly Alison le Jeu 15 Sep - 20:48, édité 1 fois (Raison : Faute d'orthographe qui me sautait aux yeux. Je devais être la seule à la voir, mais j'ai ma fierté.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mer 14 Sep - 0:17

Quand elle se retourna et arracha sa casquette et son echarpe, Vincenzo apercu quelquechose qui mis tous ses sens en alerte et d'un geste rapide, il sortit le couteau qu'il avait gardé caché jusqu'à présent.Une fois de plus, il se traita de dupe. Il avait entrevu les canines ma foi assez marquante des Vampires.

-Mais qu'est-ce?... une SangFroid? On essaie de me berner? Donne-moi une bonne raison de ne pas te transpercer le coeur et t'ouvrir la jugulaire d'une oreille à l'autre!


Vincenzo ne savait plus quoi croire. Cependant, cette nervosité n'était que mentale, car physiquement il était prêt à parer n'importe quoi.Pourquoi une vampire travaillerait avec l'agence même qui les chassent? Cela ne faisait aucun sens. tous les muscles du corps de vincenzo était rempli à bloc avec de l'adrénaline. Au moindre faux mouvement, Ce couteau allait se loger dans une artère majeure du corps de la jeune femme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Jeu 15 Sep - 21:56

Il y eut un bruit de métal mordant du tissu et une lame brilla dans la main du jeune homme. L'air se chargea d'électricité et le corps de Polly se tétanisa par pur réflexe, ses yeux mortellement attentifs, fixant leur attention sur le couteau tenu d'une main ferme. L'assassin n'avait pas usurpé sa réputation, restait que la situation de l'inquisitrice était plutôt précaire. Elle passa rapidement sa langue sur ses lèvres, effleurant au passage ses crocs : ils avaient toujours été plus courts que la moyenne, mais il semblait que cela n'ait pas trompé le prédateur aguerri.

- Mais qu'est-ce?... une SangFroid? On essaie de me berner? Donne-moi une bonne raison de ne pas te transpercer le coeur et t'ouvrir la jugulaire d'une oreille à l'autre!

Et grossier avec ça! La réponse fusa avant que la jeune femme y réfléchisse :

- Charmant. Dire que le cliché décrit les Italiens comme des gentlemen. Où est-ce que t'as pris ton cours?

L'arme blanche eut un sursaut qui ne l'invitait pas à continuer et Polly ravala sa frustration. Quels choix s'offraient à elle? Dégainer ses pistolets jetterait de l'huile sur le feu et de toute façon, elle n'était pas sûre de les atteindre : le diable semblait avoir le geste vif et ses propres armes sommeillaient douillettement sous le coton bleu de son jeans, inconscients du danger que courait leur maîtresse. Celle-ci n'avait pas l'intention de se jeter en bas, elle se résigna donc à discuter. Encore.

- Du calme, on m'a dit que tu avais rempli ta mission ; pourquoi commencer à faire des heures supplémentaires? Si tu tiens vraiment à ce que je t'expose mes raisons, en voilà quelques unes : premièrement parce que je ne t'ai rien fais, tu n'a donc a priori rien à me reprocher. Ensuite, parce que j'aimerais vivre encore un peu, si ça ne te dérange pas. Finalement, parce que je n'ai pas menti, je fais vraiment partie de l'Inquisition. Mes supérieurs vont donc se poser des questions si je ne rentre pas au rapport.

Ce dernier argument était un vrai coup de bluff. Bien que travaillant pour eux, Polly était un élément de second ordre pour les agents de Van Helsing, ils ne s'inquiéteraient donc pas si elle venaient à disparaître : ils en déduiraient qu'elle était morte ou qu'elle les avait trahis. Sans plus. Cette réflexion assombrit le regard de la vampire, mais ne réussit pas à l'abattre. Elle vivait avec depuis longtemps déjà. Bien campée sur ses jambes, la tête rentrée dans les épaules, sa silhouette rappelait un chat sur la défensive, impression accentuée par sa coiffure hérissée. Il lui restait une autre carte : tenter d'atteindre le coeur d'une machine à tuer. L'appréhension serra sa gorge : elle détestait cette méthode. Mais elle voulait vivre.

- Je ne voulais pas devenir vampire. C'était un accident.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Dim 18 Sep - 22:37

- Je ne voulais pas devenir vampire. C'était un accident.

Vincenzo était sur ses gardes. Il observait le moindre mouvement de son adversaire. Devait-il croire ce qu'elle disait? Son esprit se mit à penser comme jamais. Premièrement, elle ne pouvait faire partie de la bande du White Cross puisqu'ils les avaient tous éliminés.Une pensée lui passa par la tête: Et si les ceux du White Cross avaient réussis à contacter les Sangfroids d'ici? Non, cela en était aucunement possible. Ils l'auraient retracé bien plus rapidement et Vincenzo ne serait surment pas en train de parler à l'un des leurs. Il décida de croire qu'elle n'était pas un des Vampires d'içi. Mais elle restait un vampire et cela Vincenzo ne pouvait faire erreur. Maintenant qu'il la regardait bien, elle avait la peau plus blanche qu'un humain normal et ces yeux! Son regard était plus perçant que le sien. Il pouvait voir tous les trésaillements de ses yeux qui l'éxaminait de fond en comble.

Sans baisser sa garde, Vincenzo dit:


-Je dois admettre que vous êtes la Sangfroid la plus diplomate que je connaisse.

Vincenzo remarqua qu'elle semblait détester son terme pour la décrire. Il ne savait pas pourquoi, mais quelquechose en lui voulait qu'il la respecte...Peut-être est-ce le petit charme qu'elle semble dégager ou bien le fait qu'elle n'était pas une vermine humaine? Vincenzo n'en savait rien, mais décida qu'il préfèrait, si elle disait la vérité, d'être avec elle et non contre elle. Il continua donc avec finesse:

-Rares sont les vampires qui ont le temps de m'observer comme vous le faites depuis plus tot. Je m'excuse si je vous ai offenser avec cette arme. Laissez-moi m'en débarasser.

Vincenzo lança le couteau et il alla se planter dans le sol en ciment juste devant les pieds de son invité. Le truc dans son métier était de toujours garder une arme de secour. Celle de Vincenzo était dans son pantalon à la taille dans son dos.Une dague plus petite, faite pour être dissimulée sous le moindre vêtement sans en montrer le moindre signe. Un policier ne pourrait la trouver en fouillant Vincenzo. Elle faisait tout au plus 15 cm.

-Bien que je déteste les vampires, je vais faire quelquechose d'exceptionnel. Je vous laisse la vie sauve si vous me promettez de rester discuter plus longtemps. J'aimerais bien savoir comment vous pouvez être devenue une Sang....Vampire(Vincenzo fit l'effort de se rectifier) et ne pas le souhaiter.

vincenzo arborait son sourire gentleman, celui que l'on voit sur les gens les plus honnêtes qu'il soit. Il voulait sincèrement en savoir plus. Il avança sans montrer aucun signe de méprise ni de haine. Il était de retour a son mode Hôte.

Il aimait jouer avec le feu d'autant plus qu'il devait admettre qu'il aimait bien la compagnie de cette jeune femme. Il la connaissait pas du tout, mais il se dit que si elle ne mentait pas, peut-être Vincenzo pourrait faire d'elle une alliée. Dans le cas contraire, il la tuerait en un quart de seconde et quitterait Londre pour retourner en Sicile.



Dernière édition par Vincenzo Altobello le Lun 19 Sep - 21:15, édité 2 fois (Raison : Simple erreure de mise en forme)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Lun 19 Sep - 21:58

Cet homme était plus difficile à suivre qu'une girouette en plein ouragan. À peine une minute plus tôt, il s'apprêtait à lui sauter à la gorge et maintenant l'invitait à se confier à lui. Polly en fut sérieusement déroutée : l'assassin dissimulait une personnalité complexe. Elle baissa les yeux sur le couteau qu'il venait de jeter à ses pieds. Le jeune homme ne pouvait ignorer le risque impliqué par ce geste ni sa signification. En se débarrassant de son arme, il se rendait lui-même vulnérable, preuve qu'il accordait à son interlocutrice une confiance aveugle... ou qu'il avait une entière confiance en ses talents de tueur. Mieux valait ne pas creuser la question.

À présent, un second dilemme se profilait : devait-elle faire suite à la proposition implicite? D'un côté, la convenance la poussait à imiter l'Italien, tandis que la prudence lui intimait de ne pas faire de bêtise pouvant se retourner contre elle. Un autre détail, délicat celui-là, l'empêchait de se départir de ses semi-automatiques. En effet, si elle retirait les pistolets de sa ceinture, plus rien n'empêcherait son pantalon trop large de glisser. L'idée d'origine avait été mise au point par Polly en vue de missions nécessitant des réactions éclairs : il lui était ainsi aisé de dégainer et la jeune femme n'avait plus qu'à sauter hors du vêtement, sans avoir à craindre pour sa pudeur puisqu'elle portait constamment un justaucorps.

Polly effleura délicatement de son pouce la cicatrice de sa joue droite. Altobello ne semblait pas avoir remarqué les deux sutures qui coulaient sous ses yeux, mais elle n'allait pas s'en plaindre. Restait qu'elle n'était toujours pas décidée.

Expirant bruyamment, elle se laissa sans crier gare tomber dans une position assise tout en extirpant ses SIG-Sauers de son jean. D'un mouvement un peu plus brusque qu'elle ne l'aurait voulu, elle les posa derrière le poignard de jet, assez près du mafioso, quoique toujours à sa portée. Conciliante, mais pas conne. «À présent, la promesse...»

«Tu serais donc intéressé par mon histoire?»

Altobello avait beau être plus jeune qu'elle, son air adulte et leur différence d'âge somme toute peu marquée poussait l'inquisitrice à le tutoyer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Lun 19 Sep - 22:14

«Tu serais donc intéressé par mon histoire?»

Vincenzo fut certes surpris de voir que son interlocutrice portait des armes a feu tandis qu'elle n'en avait nullement besoin. Peut-être pour se donner un air plus humain.

-Je suis en effet curieux de savoir comment une si jeune fille, pu être mêlé a une histoire pour le moins si tragique.

Vincenzo était vraiment curieux et il disait la vérité. Il n'avait jamais vraiment pris la peine de connaitre quelqu'un et il trouva que de connaitre l'histoire de cette jeune femme pouvait être un bon début. Quand elle s'assit, un faisceau de lumière pâle éclaira un peu son visage et Vincenzo vit dans son visage des cicatrices, mais n'en fit aucun commentaire. Cela serait déplacé. Lui-même portait bien des marques sur son dos. tous ou presque causées par des Vampires.

-Donc, racontez-moi donc le début de votre histoire. Je serais ravi de l'entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Lun 19 Sep - 23:29

Polly sentit sa gorge se serrer. À qui avait-elle jamais raconté son histoire? Bien peu de gens, sinon carrément personne (le psychologue du QG ne comptait pas). Elle eut un regard méfiant à l'égard du jeune homme, ce tueur invisible qui semblait sincèrement prêt à l'écouter, quoique les raisons le poussant à une telle... compassion restaient nébuleuses. Bah, après tout, qu'avait-elle à perdre? Pour l'instant, il ne lui demandait que le début de son histoire, non? Elle tourna la tête, de façon à voir la ville de son oeil valide, inspira profondément et parla :

«Je suis née ici, à Londres, dans le quartier de Bayswater, au nord de Hyde Park. J'avais des parents qui m'aimaient, une école, des amis, une vie quoi. J'ignore si tu sais de quoi je parle, la tienne à dû être un peu différente, vu ton éducation. En tout cas, le plus important, c'est que mon père travaillait pour l'Inquisition, comme chimiste. Il était doué, j'en était persuadée depuis toujours et un soir, il s'est surpassé : il a créé un dérivé de l'Élixir, le mélange qui transforme les humains en vampires. Je ne le savais pas alors, je n'étais pas aussi au courant que maintenant, j'ignorais tout des nocturnes et du «vrai» métier de mon père. Je suis entrée dans son labo, cette nuit-là, j'étais complètement soûle... il... il me fallait des aspirines (sa voix s'étrangla) Papa n'a rien dit quand je suis arrivé, il m'a donné un cachet, c'était vraiment un père sympa... et là... et là... comme une idiote, j'ai fait passer la gélule avec l'Élixir qui traînait!»

Elle n'allait quand même pas se mettre à pleurer devant un inconnu! Pourtant, c'était plus fort qu'elle, le souvenir la martyrisait tellement qu'elle ne put empêcher des larmes de dévaler la courbe de son menton. Elle jeta un regard courroucé à Altobello. C'était à cause de lui qu'elle avait déterré ces vieux squelettes!

Elle essuya son nez d'un geste rageur, en évitant de passer sur sa prothèse oculaire. Déjà que celle-ci était mouillée, elle n'en glisserait que plus facilement de son orbite si elle venait à la frotter trop fort. Sûrement dûe à son irritation, l'envie de balancer son oeil de verre du haut de l'immeuble effleura la jeune vampire, mais elle se retint. Ç'aurait été du vrai gaspillage. Sa tristesse perdit du terrain et elle revit son jugement. D'accord, l'Italien l'avait poussée à se confier, mais ce n'était pas entièrement sa faute. «Il ne pouvait pas savoir», se dit Polly.

Elle aspira une grande goulée d'air glacial, fermant les yeux lorsque celui-ci s'engouffra dans ses poumons. «Voilà. C'est comme ça que je suis née. Pas totalement un vampire, mais pas assez humaine pour l'Inquisition. Et c'est mon père, encore et toujours lui, qui s'est interposé entre eux et moi. Il a tout endossé, la faute et les risques, et il les a laissé le réprimander, le dégrader, l'humilier... et le relocaliser.»

Fin du début de l'histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Lun 19 Sep - 23:45

«Voilà. C'est comme ça que je suis née. Pas totalement un vampire, mais pas assez humaine pour l'Inquisition. Et c'est mon père, encore et toujours lui, qui s'est interposé entre eux et moi. Il a tout endossé, la faute et les risques, et il les a laissé le réprimander, le dégrader, l'humilier... et le relocaliser.»


Vincenzo n'en revenait pas. Une vampire qui pleurait. C'était du jamais vu pour lui. C'est a cet instant que Vincenzo se remémora son propre passé. L'enfance difficile qu'il avait vécu en Sicile. Tous les jours, il endurait des coups donnés par son entraineur. Celui-ci le fouettait quand vincenzo n'était pas assez rapide ou fort. Certaines de ses cicatrices étaient dûs a cet homme. Homme qu'il a tué à l'âge de 12 ans. La rage de toutes ces années d'entrainement, de toute la souffrance qu'il avait vécu. Cela c'était passé durant un jour où il avait su surplanter son adversaire par sa vitesse. Le Capo qui l'entrainait aimait le faire pratiquer avec des armes réelles et ce fut sa pire erreure. Car cela lui fit perdre la vie. Bien qu'il ait tué l'homme qui l'a entrainé, ses parents lui pardonnèrent et décidèrent que Vincenzo aurait un avenir lugubre où il trainerait la mort a ses cotés.

Revenant au présent, il baissa la tête et dit:

-cela ne doit pas avoir été facile. Être obligée de suivre un destin malgré sa volonté. Je connais cela. Je partage votre tristesse.

En gardant la tête baissée, Vincenzo s'approcha de son interlocutrice et tendit la main vers elle. Elle avait ramené a sa mémoire des souvenirs pour le moins troublants pour Vincenzo.

-Relevez-vous et soyez plutôt fière d'être vous-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mar 20 Sep - 9:29

- Cela ne doit pas avoir été facile. Être obligée de suivre un destin malgré sa volonté. Je connais cela. Je partage votre tristesse.

Perdue dans ses sombres pensées, la jeune femme faillit manquer les mots de son interlocuteur. Les derniers, surtout, atteignirent son coeur mort comme une main amie. Alors lui non plus n'avait pas choisi son avenir. Un autre.

- Relevez-vous et soyez plutôt fière d'être vous-même.

La vampire eut un mouvement de surprise. Elle ne s'attendait pas à tant de sollicitude. Lentement, son oeil suivit les doigts, la paume pâle un peu au-dessus de son visage, la manche qu'avait mordu le couteau à ses pieds, pour enfin achever son parcours dans les iris bleus d'Altobello. Étrange, ceux-ci semblaient légèrement... voilés en ce moment. Taisait-il lui aussi des souvenirs empoisonnants? Était-ce ces mêmes souvenirs qui lui conféraient cette maturité d'âme et lestaient ses paroles de bon sens? Polly voulait y croire.

Il avait raison. Peu importait les tuiles, peu importait les fous qui leurs façonnaient de monstrueuses façades, les deux tueurs respiraient néanmoins et là résidait le plus important. Elle saisit fermement la main qu'il lui offrait, tout en lui servant son plus beau sourire dans le noir.

- Vincenzo Altobello, tu es l'homme le plus étrange qu'il m'ait été donné de rencontrer, mais GAFFE EN HAUT ! hurla-t-elle soudain en fixant une silhouette derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mar 20 Sep - 20:33

- Vincenzo Altobello, tu es l'homme le plus étrange qu'il m'ait été donné de rencontrer, mais GAFFE EN HAUT !

Vincenzo équarquilla les yeux de stupeur. Mais qu'est-ce que... Au moment ou cette pensée traversa son esprit, il sentit un coup sur sa tête. Soudainement, tout était flou. Il se releva de peine et de misère pour voir Polly une fois de plus en position défensive entre lui et la silhouette noir. Il ne pouvait distinguer qui c'était puisqu'il était à contre-jour. Mais comment pouvait-il avoir été si proche sans qu'il s'en rende compte. Il devait être encore dans ses souvenirs....Ces maudits souvenirs.... Vincenzo se ressaisit et sortit la lame qu'il gardait cachée pour se reprendre sa garde.

-Qui est cette personne?

Vincenzo voyait encore un peu flou et cette foutue lumière derrière son adversaire l'enrageais au plus haut point.


Vincenzo ramassa la lame qu'il avait lancé plus tot et la lança ver la lumière qui lui rendait impossible de discerner qui était son adversaire. Celle-ci vola en éclats et permis aux deux de voir le nouvel arrivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mer 21 Sep - 11:05

Vincenzo ne réussit pas à éviter le coup qui le cueillit à froid derrière la tête. Toujours accroupie, la jeune femme le retint avant qu'il ne s'écroule sur elle et ne les mettent tous les deux en danger. Cela commençait déjà assez mal, désarmés comme ils l'étaient. D'un seul mouvement leste, elle assit le jeune homme sur le sol et dirigea toute son attention sur l'ennemi. L'ampoule, qui illuminait la porte derrière ce dernier, empêchait l'inquisitrice de se faire une idée précise de ce à quoi elle avait à faire, mais le plus urgent était de protéger le jeune homme. Non que la vampire doutait de ses capacités, seulement c'était là le rôle des inquisiteurs et jamais ses supérieurs ne lui pardonneraient cette faute professionnelle si le civil venait à être blessé. Elle espéra que celui-ci ne s'en formaliserait pas.

L'Italien marmonna dans son dos. Malgré cela, Polly se résolut à s'enquérir plus tard de sa santé, car l'autre passait à l'attaque. Envoyant au diable son jean encombrant, elle se redressa vivement et encaissa le choc, qui l'ébranla plus qu'elle ne l'aurait voulu. Freinant l'élan de tout son poids, la jeune femme s'arc-bouta comme elle put, mêlant ses mains graciles à celles nettement plus grandes de son adversaire lorsque soudain, un éclair argenté vola et le globe lumineux qui diffusait tant bien que mal sa lumière explosa!

Vincenzo reprenait du service.

La noirceur afflua d'un coup, déstabilisant la jeune femme une micro-seconde, seconde que mit à profit son opposant pour la jeter à terre, leurs mains toujours soudées. Voilà qui rendait sa position épineuse. Glissant à la dernière minute son pied sur le thorax du Nocturne pour qu'il garde ses distances, Polly eut au moins l'occasion de constater qu'elle se battait contre un homme de l'âge de Vincenzo. Peut-être était-ce dû à la brusque avancée de l'ombre, n'empêche que la vampiresse sentit ses propres instincts s'agiter et feula férocement entre ses dents serrées.

«Allez, Altobello, fait quelque chose!» pensa-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mer 21 Sep - 23:56

L'éclatement de la lumière produit un flash avant de s'éteindre; moment que Vincenzo prit pour sortir du champ de vision de leur adversaire. Un homme, près de son âge, mais vu la force avec laquelle il l'avait frapper, Vincenzo devina que ce n'était pas un être normal. Voyant que Polly se faisait dominée, Vincenzo décida d'attaquer par le flanc. Au moment ou celle-ci le repoussa du mieux qu'elle le pouvait de son pied, Vincenzo attaqua.
Il planta sa dague sous l'aisselle de son adversaire et remonta vers le bras. Presque aussitot, Celui-ci hurla de douleur. Vincenzo retirra la dague couverte de sang chaud et recula de quelques pas, histoire de se remettre en défensive.

L'assaillant lacha prise de polly pour se concentrer sur Vincenzo. Visiblement, celui-ci perdait beaucoup de sang par sa blessure et ce n'était qu'une question de temps avant qu'il meurt. Vincenzo avait appris au moins une chose sur l'attaquant: Il n'était pas un Vampire puisque son sang était chaud et on pouvait voir qu'il souffrait beaucoup par la blessure infligée.

-Cela t'apprendra, Créature à t'en prendre à une femme! C'est moi ton adversaire maintenant. Vieni a attaccarmi così posso tagliare in piccoli pezzi!

En lancant un regard et un sourire rigoleur à Polly, il lanca:

-Désolé de vous avoir fait attendre.
Avez-vous une idée de ce qu'est cette chose?


Demanda-t-il avant de refaire face à son adversaire qui semblait hésiter sur qui il devait se concentrer. Vincenzo se parra à une attaque éventuelle.

Soudainement, l'homme fonça sur Vincenzo qui évita agilement sa charge en esquivant sur la gauche tout en lui tranchant un tendon au passage. L'ennemi trébucha sur son prochain pas et tomba par terre.


Dernière édition par Vincenzo Altobello le Jeu 22 Sep - 0:00, édité 1 fois (Raison : une niaiserie de mise en forme)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   

Revenir en haut Aller en bas
 
146 Parklane drive
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Drive [DVDRiP]
» 08. You drive me crazy
» Vos groupes préférés
» WikiLeak: Bernard Gousse was so repressive
» [UPTOBOX] Boa vs. Python (V) [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♦♦♦ - London In The Dark - ♦♦♦ :: ●◦ En-Jeu •○ :: † Londres † :: ♦ Résidences :: ¤ Classe Moyenne :: Appartement de Vincenzo Altobello-
Sauter vers: