♦♦♦ - London In The Dark - ♦♦♦

♦♦♦ - London In The Dark - ♦♦♦

♦ Découvrez la face caché de Londres... ♦
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Attention Attention


Si vous voulez une demeure pour votre personnage, il sera

désormais obligatoire d'aller en faire la demande ici.


Nous vous créerons donc un sujet portant le nom que vous

nous aurez fait parvenir, dans le quartier demandé. Ainsi vous

pourrez poster vos RP dans le sujet approprié.


Merci de votre compréhension !


Partagez | 
 

 146 Parklane drive

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mar 27 Sep - 23:14

Le sang du Nocturne faillit éclabousser Polly qui serra les lèvres par mesure de prudence : elle ne désirait pas s'empoisonner si l'assaillant était lycan. Rampant hors de sa portée, l'inquisitrice entendit Vincenzo s'exclamer avec emphase :

- Cela t'apprendra, Créature, à t'en prendre à une femme! C'est moi ton adversaire maintenant. Vieni a attaccarmi così posso tagliare in piccoli pezzi!

Il parlait toujours comme ça? La question avait à peine traversé l'esprit de la vampire que le jeune homme tourna brièvement son regard souriant vers elle pour lancer :

- Désolé de vous avoir fait attendre. Avez-vous une idée de ce qu'est cette chose?

Il n'attendit pas la réponse pour éviter le coup puissant qui l'aurait probablement égorgé s'il était resté sur place un instant de plus. Son poignard (n'avait-il pas brisé la lumière avec?) se détendit une nouvelle fois et trancha sans état d'âme le jarret de l'être nocturne, qui s'écroula. Empathique malgré la situation, Polly ne put s'empêcher de frémir à cette vue : la douleur devait être terrible!

Comme pour lui donner raison, une plainte inhumaine s'éleva dans l'air glacial, tel un hurlement de chien blessé. Au même moment, inondé d'adrénaline, le cerveau de la vampiresse analysait les signes à toute allure : l'ennemi saignait à gros bouillons, il devait donc être un garou, quoique son âge laissait deviner un individu inexpérimenté et possiblement incapable de se transformer à volonté, d'autant plus vulnérable que la lune n'en n'était qu'à son premier quartier. Alors pourquoi les avait-il attaqués?

Pour Polly, le feu qui brûlait dans les prunelles du lycanthrope et le rictus hargneux qui déformait son visage valaient toutes les explications : l'Appel. Quelque chose avait mis en rage l'homme qui leur faisait face et déclencherait bientôt sa première transformation. S'il vivait jusque là, car l'assassin italien semblait déterminé à lui faire la peau.

Lentement, sans mouvement brusque et sans quitter le loup des yeux, l'inquisitrice se releva, chaque muscle de son corps prêt à l'action : il fallait qu'elle atteigne les pistolets patientant derrière elle. D'une main précise, elle défit son manteau et le jeta violemment à la tête du loup-garou, gagnant quelques secondes qu'elle mit à profit pour s'élancer. Maintenant vêtue de son seul justaucorps et de sa robe violette, Polly retrouvait son entière mobilité et elle se permit de frimer un peu en exécutant une roulade impeccable avant de s'emparer de son arme chargée de munitions à pointes d'argent. La jeune femme hésita soudainement et eut un regard à l'intention de Vincenzo : ce dernier continuait d'asticoter sa nouvelle proie. De son côté, la vampire tentait de se décider. Regardant finalement ses jambes couturées, elle se dit qu'elle n'avait plus grand'chose à cacher au tueur et retira son oeil de verre, qu'elle rangea en sûreté dans sa poche. La glissière du SIG-Sauer émit un claquement lugubre. Il était temps de montrer au sir Altobello que «la femme» savait se défendre.

«Gare à tes poils, werewolf.»

Trois coups de feu rugirent dans la nuit paisible.


Dernière édition par Polly Alison le Mer 28 Sep - 17:43, édité 1 fois (Raison : Détail. Pas grave.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Sam 1 Oct - 11:42

«Gare à tes poils, werewolf.»


Trois détonations suivèrent sa voix et l'instant d'après son adversaire tomba a renvers, mort.
Vincenzo se retourna vers Polly et lui sourit. son air d'hote reprit le dessus sur son coté professionnel. Malgré cela, dans son esprit, il se demanda pourquoi elle se promenait avec des pistolets et surtout d'ou sortaient-ils?

-Pardonnez-moi cet intrus. Voulez-vous que l'on poursuive cette discution à l'intérieur. Il semble que vous êtes légèrement blessée. J'ai de quoi désinfecter tout ca dans mon logis.

vincenzo pointa l'épaule de Polly qui comportait une légère coupure. Il a du l'entailler quand ils se débataient.

Vincenzo ne voulait pas parler de leur invité tout de suite, sur ce toit. Il voulait être en sécurité tout d'abord.



Dernière édition par Vincenzo Altobello le Sam 1 Oct - 11:44, édité 1 fois (Raison : fautes de grammaire)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mer 5 Oct - 21:50

- Pardonnez-moi cet intrus. Voulez-vous que l'on poursuive cette discution à l'intérieur? Il semble que vous êtes légèrement blessée. J'ai de quoi désinfecter tout ça dans mon logis.

La jeune femme jeta un coup d'oeil à la trace d'ongle gravée dans sa chair, mais elle devait d'abord terminer sa tâche. Se penchant, elle fouilla dans les poche de son jeans qui traînait en tas pour en sortir un téléphone portable. Elle composa rapidement un numéro et prit immédiatement la parole lorsqu'on répondit au bout de la ligne :

- Agent Alison au rapport. J'ai été attaquée par un lycan sur le toit du 146 Parklane Drive. Le cadavre est humain, mais il faudrait s'en débarasser au plus vite. Dites à l'équipe de nettoyage de passer par l'escalier extérieur, c'est plus discret.

- Agent Alison, je vois dans mes données que vous êtes présentement en mission de recrutement. Avez-vous terminé?

Son regard coula vers Vincenzo qui patientait près de la porte à la lumière éclatée.

- Pas encore. Je vous recontacterai.

Et elle éteignit l'appareil. Portant une main à son épaule, elle répondit finalement à l'assassin :

-Je ne suis sûrement pas en danger de mort, mais un peu d'alcool là-dessus me rassurerait.

Les peurs humaines ont souvent des racines profondes, et l'inquisitrice ne voulait pas savoir si les vampires résistaient à la gangrène. Elle appuya sur la plaie pour éviter qu'un sang vicié ne se propage dans ses veines et de son autre main, reprit dans les plis de sa robe son oeil de verre : la noirceur semblait avoir dissimulé son absence aux yeux d'Altobello et elle ne désirait pas que ce dernier imagine qu'elle faisait étalage de ses malheurs. La prothèse reprit sa place avec un petit «pouic» parfaitement écoeurant. Polly espéra qu'il avait échappé à l'Italien.

Ramassant son pantalon au passage, elle rejoignit le tueur en rangeant ses Sig-Sauers dans les holsters de sa ceinture, auparavant dissimulée par le vêtement de coutil bleu. Son manteau était foutu, ses lambeaux resteraient donc sur place en attendant les intervenants qui ne manqueraient pas de rappliquer. Alors qu'elle dépassait le corps du second jeune homme, elle ne put retenir un long frisson de dégoût face au fait que c'était elle qui l'avait fait passer de vie à trépas. Elle aurait préféré ne pas en arriver là.

Indifférente à ses remords, l'obscurité du seuil l'accueillit dans ses ombres.


Dernière édition par Polly Alison le Ven 7 Oct - 20:55, édité 1 fois (Raison : Faute d'accord stupide)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mer 5 Oct - 22:18

Quand elle le rejoignit, Il ouvrit la porte menant aux escaliers de son immeuble et commença à descendre les marches. Une fois dans l'appartement, Vincenzo demanda à Polly de s'asseoir dans le salon tandis qu'il alla chercher les soins dans sa malette. Une fois de retour dans le salon, il s'assit sur le divan aux côtés de Polly après avoir déposé sur la table sa trousse de premiers soins et dit:

-Alors ma chère, laissez-moi examiner tout ça.

Elle lui montra son épaule qui comportait la blessure.La blessure n'était pas profonde, mais nécessiterait des points de souture.

-Que pouvez-vous me dire sur l'être qui nous a sauvagement attaquée. Il me semblait fou de rage.

Vincenzo prit la bouteille de Vodka qu'il utilisait pour désinfecter.

-Cela risque de bruler un peu, je dois désinfecter la blessure avant de recoudre.

Vincenzo ne savait pas pourquoi il soignait cette parfaite inconnue dans son salon. Il avait de la misère à définir ce qu'il ressentait. Serait-ce de la compassion causée par le passé similaire de Polly face à son destin? Il ne savait pas.

Il versa de la vodka dans le bouchon, le tendit vers Polly et dit:

-Ceci est pour vous et la bouteille pour votre blessure.

Il versa un peu de la bouteille sur la blessure et attendit que l'alcool fit effet. Ensuite, il prit une aiguille et un fil de souture et prévient Polly:

-Ceci risque de faire plus mal que l'alcool. Je crains qu'un seul bouchon ne suffira pas cette fois.

Vincenzo afficha un sourire qui se voulait humoristique.




Dernière édition par Vincenzo Altobello le Mer 5 Oct - 22:26, édité 1 fois (Raison : Simple erreure de syntaxe)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Ven 7 Oct - 23:29

Après la température glaciale et «l'animation» du toit, la vampiresse retrouva avec soulagement la chaleur et le calme du quatre et demi. Une fois la porte close, Altobello proposa poliment à son invitée de prendre place au salon, ce qu'elle accepta sans se faire prier : l'adrénaline désertait peu à peu son corps et la jeune femme sentait une fatigue insidieuse fourmiller le long de ses membres gourds. L'Italien réapparut quelques instants plus tard, cette fois-ci armé d'une mallette et d'une bouteille de vodka. «Euh... je ne pensais pas vraiment à ça quand j'ai accepté de 'mettre de l'alcool' sur ma plaie», pensa-t-elle sans toutefois rien formuler.

- Alors ma chère, laissez-moi examiner tout ça.

Il fallait croire que cette méthode rudimentaire trouvait grâce aux yeux de Vincenzo. Polly se tut donc, attendant la suite. Elle aurait très bien put laisser l'adresse du QG à l'assassin et prendre congé pour se faire soigner là-bas, mais la tournure inhabituelle des événements la retenait auprès de cet homme décidément unique en son genre. Tirant sur sa manche pour dégager le plus possible l'égratignure, Polly constata que celle-ci était plus large qu'elle ne l'avait supposé au premier abord. «Il était adroit, le pouilleux. Dire que je ne m'en suis même pas aperçu.»

- Que pouvez-vous me dire sur l'être qui nous a sauvagement attaqués? Il me semblait fou de rage.

L'inquisitrice réfléchit à la réponse adéquate. Certe, il connaissait l'existence des vampires, mais que savait-il des loups-garous? Celui qu'ils venaient de tuer avait atrocement souffert des coups portés par Vincenzo, plus que s'il l'avait sabré avec une arme blanche standard. Les couteaux du tueur devaient donc contenir de l'argent, mais ce détail était-il volontaire? Vu les questions qu'il lui posait, elle pouvait en douter.

Ces réflexions accaparèrent son esprit un peu plus longtemps que prévu et Altobello choisit d'enchaîner :

- Cela risque de brûler un peu, je dois désinfecter la blessure avant de recoudre.

Recoudre? Fallait-il vraiment en arriver là? Elle ressemblait déjà assez à un patchwork.

Le regard pensif de l'infirmier du dimanche étouffa toute vélléité de protestations et fit plutôt remonter les propres interrogations de sa patiente vampirique. Pourquoi était-elle toujours là? Pourquoi tenait-elle tant à profiter de la présence de cet individu dont elle ignorait presque tout? Elle ne manquait pourtant pas de contact humain au sein de l'Inquisition, puisqu'un assez grand nombre de ses collègues s'étaient habitués à son état, la traitant comme une employée à part entière. Alors quoi? Captant leur image dans l'écran éteint du téléviseur moyenâgeux, Polly songea qu'ils formaient une drôle de paire, Vincenzo et elle. D'ailleurs, celui-ci reprenait :

- Ceci est pour vous et la bouteille, pour votre blessure.

Délicatement, elle se saisit du bouchon qu'il lui tendait et, dans un premier temps, manqua de retirer ses doigts lorsque ceux du jeune homme transmirent un peu de leur chaleur humaine à sa main morte. «Mais qu'est-ce que c'est que ce réflexe? Tu n'as quand même pas peur de l'effleurer, ma vieille?», se dit-elle en son for intérieur.

Le goulot s'inclina et une dose de vodka vint brûler la chair à vif. La vampiresse tressaillit sous le choc, inspirant profondément pour s'empêcher de crier, emplissant soudainement ses poumons d'un arôme qui ne lui était pas inconnu. C'était une odeur puissante, riche et particulièrement grisante... c'était comme respirer de la vie.

De la vie. L'inquisitrice se figea à cette idée. Non, elle n'était pas en train de respirer...?

L'assassin ajouta quelque chose qu'elle ne comprit pas vraiment, toute à sa panique. S'efforçant néanmoins de lever les yeux vers lui, elle constata qu'il arborait maintenant du fil, une aiguille et un sourire qui se voulait peut-être rieur.

L'évidence la catastrophait. Ce qu'elle humait comme un grand cru et qui l'affamait autant était en fait... le sang de Vincenzo!?


Dernière édition par Polly Alison le Ven 7 Oct - 23:32, édité 1 fois (Raison : Petite mini erreur d'orthographe à la fin. Je ne voulais pas que ça gâche l'effet aux grammar nazis XD.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Lun 10 Oct - 1:13

Vincenzo se trouvait ridicule. Recoudre une Sangfroid! Jamais il ne saurait permis un tel acte si ce n'était pas que celle-ci l'intriguait profondément.

Il finit de recoudre la blessure sans ennuis.

Ses pensées reprirent de plus belle. En levant à peine les yeux il pouvait voir le visage de son invitée. Il y remarqua au moins une cicatrice qu'il n'avait pas vu plus tot. Une autre chose attira soudainement son attention. Son nez. Oui, son nez. Il semblait frémir... Comme si elle sentait quelquechose....comme si..Oh non! il aurait du faire plus attention.

Vincenzo s'éloigna d'elle. Il ne voulait pas engendrer ses instincts de Vampire.

-Excusez-moi un instant ma chère, je reviens.

Vincenzo se leva et alla à la cuisine pour deux objets, premièrement, un couteau qu'il cacha soigneusement dans son dos, sous son chandail et deuxièmement, il prit une petite boite et un briquet. Il retourna ensuite dans le salon.

Il s'installa dans le fauteuil de l'autre coté de la table, en face de Polly et sortit de la boite une tige qu'il planta dans un orifice fait à même la boite. Il alluma le briquet et d'un geste gracieux, alluma la tige. L'instant d'après, une odeure de vanille envahit la pièce.

Vincenzo avait espoir que cela camouflerait son odeur et attiserait les instinct de Polly.

Ironiquement il dit d'un ton tres calme:

-Avez-vous soif par hasard? Désirez-vous un verre de quelquechose?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mar 11 Oct - 10:56

- Excusez-moi un instant ma chère, je reviens.

Il n'y avait pas à dire, le tueur comprenait rapidement. Aussitôt après avoir suturé son épaule, il s'était éloigné d'elle pour aller chercher un bâtonnet d'encens qu'il avait mis à brûler sans attendre. À présent, d'entêtants effluves vanillés montaient vers le plafond en volutes blanchâtres, dressant une barrière fumeuse entre les protagonistes.

Polly avala sa salive. Son corps et son esprit s'accordaient dans un état d'alerte qui la rendait mal à l'aise. À l'affût malgré elle, son regard cherchait une veine bleue dans la peau pâle, un battement sourd qui la guiderait vers son but... «Mais qu'est-ce que je suis en train de faire!?» Elle frissonna d'horreur.

- Avez-vous soif par hasard? Désirez-vous un verre de quelquechose?

Cette remarque narquoise eut au moins l'avantage de sortir l'inquisitrice de sa torpeur post-prédatrice. Rejetant brusquement la tête en arrière, elle siffla son bouchon d'alcool toujours intact, pour le reposer sèchement sur la table. Il lui fallait désamorcer la situation. En quelques gestes, elle défit l'épaisse ceinture qui ornait ses hanches, la laissant s'écraser sur le sol avec ses armes de poing et remonta ses genoux sous son menton. Il y avait une nette impression de déjà-vu dans ce qu'elle faisait, mais elle avait assez tué pour aujourd'hui et ne désirait pas ruiner le lien ténu qui semblait se tisser entre elle et Altobello. Fixant ce dernier par-dessous sa frange, elle lui lança tout de même un regard signifiant que son trait d'humour n'avait pas été apprécié.

La jeune vampire se sentait coupable de chercher l'odeur sanguine de l'Italien malgré les efforts déployés par celui-ci pour la lui dissimuler. Aussi essayait-elle d'avoir l'air le plus inoffensive possible, objectif aisé vu son aspect juvénile. Croisant les bras sur ses tibias couturés, elle entreprit de relancer la conversation :

«Merci pour le travail de broderie et pardon pour cette... réaction. Je n'ai plus l'habitude d'être si près d'un... civil, sans ordres pour détourner mon attention. Je ne voulais pas que tu te sentes menacé.»

Elle hésita un instant, puis repris :

- Si ça tient toujours, je reprendrais un bouchon.

Elle n'était pas encore sûre de son calme.


Dernière édition par Polly Alison le Mer 12 Oct - 21:13, édité 1 fois (Raison : Ajout bénin afin d'élargir les possibilités)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Sam 22 Oct - 21:23

- Si ça tient toujours, je reprendrais un bouchon.


Vincenzo observa Polly pour quelques instants. Elle semblait traumatisée avec ses genoux au menton. Il se demandait comment elle se sentait présentement. Ce devait être dur de se battre contre soi-même. Vincenzo n'avait jamais eu ce sentiment. Enfin, c'est vrai qu'il se battait au début pour ne pas tuer Polly, mais sa logique avait vite fait de le convaincre que la tuer était une mauvaise idée.

Il sortit de sa malette un verre a shooter de 2 oz. Il lui versa de la vodka dans le verre et le tendit a Polly.

-Ceci devrait calmer votre corps. Essayez de vous détendre, dit Vincenzo avec une voix qui se voulait rassurante et réconfortante. Ce ne doit pas être facile de vous controler en ce moment. N'est-ce pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mar 25 Oct - 22:57

- Ceci devrait calmer votre corps. Essayez de vous détendre. Ce ne doit pas être facile de vous contrôler en ce moment. N'est-ce pas?

C'était un peu étrange lâché ainsi, mais le ton paisible rassura Polly. Elle accepta le verre que lui offrait Altobello, soulagée que sa soif évidente ne l'ait pas ramenée au rang de monstre aux yeux du tueur.

Tueur. Cela sonnait comme un oxymore quand elle regardait le jeune homme, ses manières impeccables et sa mine soignée... puis, elle repensa au loup-garou qu'il venait d'écorcher sans arrière-pensée et changea d'avis. L'eau qui dort peut abriter bien des crocodiles. Mais l'Italien attendait toujours sa réponse.

«Disons que c'est une sensation à laquelle je ne suis pas habituée. Puisque ta compagnie ne m'est pas familière, mon... instinct doit te considérer comme une proie potentielle. Ah! merde, je ne voulais pas dire ça, c'est parce que je te côtoie depuis déjà plus d'une heure et que... l'odeur de ton sang...» bafouilla-t-elle en cherchant ses mots. Un soupir lui échappa et ses yeux roulèrent dans leurs orbites. Préférant se taire un moment, l'inquisitrice se cala dans le sofa et croisa les jambes pour se mettre à l'aise et revenir à une certaine maîtrise d'elle-même. Il fallait rattraper le coup.

L'alcool passa en trait de feu dans sa gorge. Elle reprit : «Navrée, c'est rare qu'on m'interroge à ce sujet. C'est un genre de tabou dans l'Inquisition. Donc en résumé, oui, j'ai faim, mais c'est tolérable. Simplement... (elle se demanda si c'était vraiment une bonne idée de lui confier cela) je n'ai jamais bu de sang... directement. Alors de sentir le tien, sans anticoagulant, c'est nouveau... et tentant pour le vampire... pour moi», avoua-t-elle, embarrassée.

Elle en avait assez de parler d'elle. Certe, Vincenzo l'écoutait, mais il restait un inconnu! «Vraiment? questionna une petite voix dans sa tête, tu donnes pourtant l'impression d'être proche de lui.»

«La ferme. Que sais-je véritablement de ce gars?»





Rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mar 25 Oct - 23:23

«Navrée, c'est rare qu'on m'interroge à ce sujet. C'est un genre de tabou dans l'Inquisition. Donc en résumé, oui, j'ai faim, mais c'est tolérable. Simplement... je n'ai jamais bu de sang... directement. Alors de sentir le tien, sans anticoagulant, c'est nouveau... et tentant pour le vampire... pour moi»


Vincenzo resta surprisde cela, une vampire n'ayant jamais gouter a du sang humain de ses crocs....

-Si je puis me le permettre, je vous admire. Rares sont ceux de votre... Genre... qui peuvent... se soustraire a leur instinct. Sachez ma très chère que vous venez de vous gagner mon respect.

Vincenzo n'était pas rassuré pour autant, car il savait que les plus dangereux n'étaient pas ceux qui se donnaient pleinement a leurs instincts, mais ceux qui ne les ont pas encore découvert. ils sont imprévisibles la première fois qu'ils s'abreuvent. Cependant, Vincenzo voyait en Polly une lueur d'espoir et il voulait l'aider. Se pouvait-t-il que Vincenzo se lie d'amitié avec elle? En fait, Vincenzo ne savait pas ce qui se tramait dans sa tête.


-Puisque je vois que le sujet ne semble pas être une gaieté pour vous, j'ai peut-être quelquechose a vous proposer...

Vincenzo se demandait si elle accepterait sa requête...Après tout que savait-elle de lui....


Rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mer 26 Oct - 21:47

- Si je puis me le permettre, je vous admire. Rares sont ceux de votre... Genre... qui peuvent... se soustraire à leur instinct. Sachez, ma très chère, que vous venez de vous gagner mon respect.

Son respect. Mine de rien, Polly commençait à analyser l'assassin, ses réactions et, dans le cas présent, ses réponses. Que pouvait-elle déduire du personnage avec cette méthode hasardeuse? Premièrement, que l'estime de cet homme était difficile à obtenir : le ton sérieux, à peine condescendant de sa déclaration laissait deviner que c'était là une exception, une entorse à ses principes. La jeune vampire sourit : cela avait pris du temps, mais voilà qui lui faisait enfin un bon point! Une courte seconde, elle pensa quand même : «Est-ce qu'il insinue qu'il me méprisait tout ce temps-là? Naaan, restons positive.»

- Puisque je vois que le sujet ne semble pas être une gaieté pour vous, j'ai peut-être quelque chose à vous proposer...

Bizarre. Sans avoir l'air moins sûr de lui, Altobello réfléchissait en prononçant ces mots. Quelle serait la suite? L'inquisitrice se contenta de pencher la tête sur le côté, l'invitant à continuer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Ven 4 Nov - 0:19

Vincenzo voulait la suivre....Mais pouvait-il se permettre de lui dire si franchement....Il n'avait pas l'habitude d'etre franc. Vincenzo voulait tellement vivre cette nouvelle vie. une chance un un échapatoire. Un changement de routine quoi! Il opta pour etre franc.


-Je .... je voudrais vous suivre ma très chère...Je sais que cela est absurde que de laisser un vulgaire inconnu vous suivre, mais je vous en fait la demande.



Vincenzo se sentait ridicule. Il ne pouvait s'empecher de croire que cette jeune Polly pouvait l'aider.


Devant l'air surpris de Polly, Vincenzo dit:


-Qu'en dites-vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Ven 4 Nov - 23:00

- Je ... je voudrais vous suivre ma très chère... Je sais que cela est absurde que de laisser un vulgaire inconnu vous suivre, mais je vous en fait la demande.

Polly en tomba des nues. Voilà qui s'appelait changer de sujet! Mais le plus surprenant résidait dans le changement d'attitude du jeune homme. Il hésitait! Plus encore, il avait cafouillé! La vampire commençait à décoder l'individu et ce bégaiement trahissait un trouble ou une gêne certaine. Un court instant, le regard d'Altobello fuit le sien et il réitéra :

- Qu'en dites-vous?

Bien malgré elle, l'inquisitrice écarquilla les yeux. L'occasion était trop belle. Depuis le début de cette histoire, il donnait l'impression d'être constamment maître de la situation et voilà qu'il attendait son avis! Dans une dérisoire tentative pour retenir son sourire, la Nocturne se mordit la lèvre inférieure... et sauta vivement par-dessus la table basse. Le nuage d'encens se dispersa comme une volée de moineaux éthérés avant qu'elle n'atterrisse durement à quelques centimètres de Vincenzo. Ouf, elle ne s'était pas écrasée sur lui (ç'aurait un peu cassé l'effet). Avec son oeil unique, elle devait calculer au centimètre près ce genre d'acrobatie, sous peine de se retrouver dans des positions parfois inconfortables et toujours gênantes.

Mais la question n'était pas là, n'est-ce pas? Les bras maintenant croisés derrière son dos, ses talons soudés l'un à l'autre, l'inquisitrice se pencha sur le jeune homme encore assis dans son fauteuil.

- Vous avez vous-même soulevé un point important, monsieur Altobello, que puis-je dire de vous? Après tout, quels motifs pourraient bien vous pousser à intégrer l'Inquisition? Vous êtes un être dangeureux, lié à la Cosa Nostra, vous avez pu être mandaté pour nous faire du tort. Qui démentirait cela?

Tournant lentement autour du siège, Polly coula à son occupant un regard faussement hautain, tel un enquêteur interrogeant un homme suspecté de meurtre, avide de lui faire cracher le morceau.

- Il vous faudra de sacrées références pour intégrer nos rangs et les gens pouvant vous recommander doivent pour leur part être peu... recommandables. Vous êtes humain, compétent, mais difficile à cerner... j'ignore quel poids cela aura.

Elle revint se planter devant l'Italien, sérieuse comme un pape. À nouveau, elle s'inclina pour que leurs visages soient à la même hauteur.

- En ce qui me concerne, je serai ravie de travailler avec toi!

Et elle laissa éclater un grand rire dans le salon silencieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Sam 5 Nov - 0:39

- Vous avez vous-même soulevé un point important, monsieur Altobello, que puis-je dire de vous? Après tout, quels motifs pourraient bien vous pousser à intégrer l'Inquisition? Vous êtes un être dangeureux, lié à la Cosa Nostra, vous avez pu être mandaté pour nous faire du tort. Qui démentirait cela?

Tournant lentement autour du siège, Polly coula à son occupant un regard faussement hautain, tel un enquêteur interrogeant un homme suspecté de meurtre, avide de lui faire cracher le morceau.

- Il vous faudra de sacrées références pour intégrer nos rangs et les gens pouvant vous recommander doivent pour leur part être peu... recommandables. Vous êtes humain, compétent, mais difficile à cerner... j'ignore quel poids cela aura.

Elle revint se planter devant l'Italien, sérieuse comme un pape. À nouveau, elle s'inclina pour que leurs visages soient à la même hauteur.

- En ce qui me concerne, je serai ravie de travailler avec toi!

Et elle laissa éclater un grand rire dans le salon silencieux.


Certes celle-ci venait de passer a deux doigts de se faire tuer en osant s'approcher de lui, mais heureusement qu'il s'était éfforcé a ne pas enfoncer la lame qu'il avait cachée dans la manche gauche de sa chemise dans la tete de cette jeune impétueuse.

Voulant reprendre le controle de la situation, il prit un ton plein d'assurance et sourit a pleines dents. Il lança un regard intense en direction de la vampire et dit:


-Je ne sais guère si mes collègues voudront faire office de références, mais je sais fort bien que j'en ai pas besoin. Votre visite me le prouve. Si L'Inquisition voulait seulement me rencontrer, jamais ils ne vous auraient envoyée. N'ai-je pas raison? Et qui suis-je pour pouvoir faire du tort a une organisation ayant des yeux partout dans le monde? Vous m'attribuez trop de mérite, mais j'apprécie le compliment. Sachez ma très chère, que le plaisir sera mien que de travailler avec une femme aussi....téméraire.... que vous.


Vincenzo était redevenu l'hôte maniéré qu'il était. il était de nouveau en controle et cela pouvait se voir. Il aimait la compagnie de cette vampire. Pour une fois, une femme qui n'avait pas peur de ce qu'il était!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Dim 6 Nov - 22:58

Polly rosit sous la répartie. Peu de gens la prenait au sérieux lors d'une première rencontre, abusés par son aspect d'adolescente, mais jusqu'à présent, Vincenzo n'y avait prêté aucune attention, la traitant d'égal à égal la plupart du temps. De plus, il y avait ce détail, ce petit adverbe qu'il ajoutait en l'appelant «ma chère» et qui donnait à l'inquisitrice l'impression d'être privilégiée de quelque façon. «Allons, tu t'égares ma vieille!» pensa-t-elle en s'éloignant de l'Italien et son odeur sanguine.

Récupérant l'épaisse ceinture dont elle s'était départi plus tôt (qu'aurait dit sa mère si elle avait su que sa fille laissait traîner ses armes chez un parfait inconnu! La réflexion fit presque sourire cette dernière) la vampire en ceignit ses hanches, attrapa également son jean et se prépara à partir. Pas qu'elle en eut vraiment envie (décidément, les échauffourées inter-espèces rapprochaient les gens mieux que les thérapies de groupe) mais Polly ne pouvait prendre le risque d'être surprise par l'aube. Ses iris gris revinrent se poser sur Altobello :

«Ton raisonnement se tient, quoique cela ne change rien au fait que je sois une simple envoyée. J'informerai le QG de ta décision et ils te contacteront. »

Un instant, elle réfléchit à sa propre expérience de tueuse et se demanda si elle souhaitait vraiment la même chose au jeune homme qui lui faisait face. Bah! Après tout, il était déjà du milieu.

«Enfin, il semblerait que notre Entretien avec un vampire tire à sa fin. Ne me reste plus qu'a te souhaiter la bienvenue dans l'Inquisition. On se recroisera sûrement.»

Saluant l'Italien d'un hochement de tête, elle se dirigea machinalement vers la sortie avant d'interrompre son élan : soit, elle avait son pantalon, mais son manteau restait en pièces et son chapeau et son foulard volaient probablement dans le vent nocturne qui balayait le toit où elle les avait laissés! Merde, comment avait-elle pu oublier un tel détail? Cette soudaine constatation désarçonna Polly aussi sûrement qu'une vague balaie un château de sable. Tout à coup envahie par ses vieux complexes, la jeune femme entreprit de renfiler à toute vitesse son vêtement de denim afin de dissimuler sa peau couturée. Le regard fuyant, elle passa une main sur son visage pour effacer fugacement les cicatrices qui fendaient ses joues et s'adressa une nouvelle fois à Vincenzo : «J'ai comme qui dirait un léger problème : je ne peux pas sortir accoutrée de la sorte. Ce ne serait pas très... discret. Serait-il possible de... t'emprunter un manteau? Et peut-être une écharpe? S'il te plaît?»

Elle essaya de ne pas paraître trop suppliante, mais en réalité, elle serait morte de faim plutôt que de laisser des gens normaux poser les yeux sur son corps rapiécé.


Dernière édition par Polly Alison le Lun 21 Nov - 23:16, édité 2 fois (Raison : La réponse tardait et j'avais rien de mieux à faire...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mer 23 Nov - 2:35

-j'ai comme qui dirait un léger problème : je ne peux pas sortir accoutrée de la sorte. Ce ne serait pas très... discret. Serait-il possible de... t'emprunter un manteau? Et peut-être une écharpe? S'il te plaît?


Vincenzo pensa pendant quelques instants à la requête de Polly. Certe, il avait bien des exemplaires de son manteau à Corleone, mais il n'en avait apporté aucun avec lui. Un brin de génie passa dans son esprit et il alla a la cuisine et ramena son manteau à lui. Rapidement, il retira de celui-ci tous les couteaux qu'il dissimulait. Une fois la tâche accomplie, il le prit et le regarda du bout de ses bras.

-À la grandeur que j'ai, ceci devrait suffir à dissimuler tout votre corps.Cependant, je n'ai pas d'écharpe. Heureusement pour vous, le col de ce manteau se déploie et peut aisément cacher la majorité de votre beau visage.

Vincenzo regretta d'avoir dit ces mots, quoi qu'il ne voulait que la rassurer.

-Je n'ai qu'une seule requête. Ne l'abimer pas trops, celui-ci est mon préféré. Je m'excuse si mon odeur corporelle ait imprégné les tissus de ce dernier.

Vincenzo affichait un franc sourire. Il avait....aimer... sa rencontre avec Polly et désirait la revoir.

Il tendit le manteau noir à l'intérieur en soie rouge à la jeune Vampire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Sam 26 Nov - 1:29

Sans dire un mot, le mafioso disparut de son champ de vision pour revenir un instant plus tard, portant le manteau foncé qu'elle avait entr'aperçu à son entrée. Avec des gestes précis, il le délesta d'un véritable arsenal composé de plusieurs lames de jet avant de le lui tendre.

- À la taille que j'aie, ceci devrait suffir à dissimuler tout votre corps. Cependant, je n'ai pas d'écharpe. Heureusement pour vous, le col de ce manteau se déploie et peut aisément cacher la majorité de votre beau visage.

Polly crut piquer le fard de sa vie. Alors là, c'était le comble! Un beau visage? Le sien? Elle imaginait mal comment l'Italien réussissait à voir un semblant d'esthétique entre ses stigmates suturées. C'était probablement un compliment d'usage, vu son parlé élégant et ses manières polies.

- Je n'ai qu'une seule requête. Ne l'abimer pas trop, celui-ci est mon préféré. Je m'excuse si mon odeur corporelle en a imprégné les tissus.

Il souriait, tandis que la doublure écarlate paraissait se liquéfier à l'intérieur du manteau. Relâchant la tension qui la crispait, l'inquisitrice se saisit du vêtement et l'enfila sans plus attendre :

- Ne t'inquiète pas, je serai sage. Et je ne pense pas que l'odeur du tissus sera problématique. De toute façon, même si c'était le cas, il serait difficile d'en tirer quelque chose.

Ainsi drapée tel un Dracula moderne, la jeune femme passa finalement le seuil, détachant au passage sa frange blonde. Avec le col, celle-ci dissimulerait encore plus efficacement ses traits. Une dernière fois, la vampire se retourna vers le tueur dans l'encadrement et lança doucement :

- Bien. Cette fois c'est la bonne, Altobello : bonne nuit... et merci pour tout.


***

La nuit règne depuis des heures sur Parklane Drive. Aucun locataire de l'immeuble 146 n'a surpris la silhouette furtive qui vient de quitter le bâtiment pour se perdre avec habileté dans les ombres de la rue. Comme chaque fois qu'elle termine une mission, Polly Alison rentre au bercail rapidement, mais sans enthousiasme. Un seul bémol, cependant, différencie ce retour des autres : le trenchcoat sombre sur ses épaules lui promet qu'un jour, sa route croisera à nouveau celle de Vincenzo Altobello, l'homme qui, après avoir tenté de lui ouvrir la gorge, était devenu le premier véritable ami de sa seconde vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Lun 16 Avr - 18:36

Vincenzo était en train de préparer une sauce spaghetti en cette soirée ennuyante. Il était tard, mais il n'arrivait pas à dormir. Il se sentait mal pour ce qu'il avait fait à Polly il y a de cela quelques jours. Il n'avait pas remit les pieds au QG et n'avait pas eu de ses nouvelles. Il avait contacté Meadow pour l'aviser qu'il ne se sentait pas bien et qu'il prenait une semaine de congé.


Sur le comptoir de cuisine de Vincenzo était étalés toutes sortes d'ingrédients. Vincenzo prit une assiette pleine de boulettes de viande et la vida dans le chaudron qui mijotait sur le feu.
Une radio diffusait une mélodie tant pour les oreilles que pour le coeur. Vincenzo chantait pendant qu'il cuisinait:

-Vers les docks, où le poids et l'ennui,
Me courbent le dos,
Ils arrivent, le ventre alourdi de fruits,
Les bateaux...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Lun 16 Avr - 23:27

Polly dut ralentir l'allure dès la sortie du port afin de ne pas attirer l'attention d'un policier qui aurait pu l'arrêter et lui demander de retirer son casque, ce qu'elle n'avait aucune envie de faire en ce moment, d'autant plus que sa blessure soulèverait l'inquiétude.

Hésitant sur la marche à suivre, la vampiresse déambula un moment dans les rues voisines de Parklane Drive, sans oser s'approcher du bloc d'Altobello. Il lui fallait réfléchir à tout cela.

«D'accord, le fou des docks est un tueur expérimenté, probablement de la trempe de Vincenzo, mais rien ne dit qu'il est celui qu'il cherche. Il y a des milliers d'habitants dans la City, pourquoi faudrait-il que ce soit spécialement lui?»

En effet, pourquoi?

...

Parce que sinon, il n'y aurait pas d'histoire.

«Et ça ne veut pas dire qu'il est en danger, non?» continua l'inquisitrice en stoppant dans une ruelle transversale. Un taxi passa, sembla s'arrêter, puis repartir. Si le coeur de la jeune femme n'avait pas déjà été mort, sans doute aurait-il flanché à l'instant. Cela pouvait-il être Clemenza? Elle stationna son véhicule avec empressement, sortit d'un compartiment un de ses fidèles SIG-Sauer, chargé pour la forme de munitions classiques (après tout, n'était-elle pas sensée être en congé?) et le dissimula dans le revers de son vieux manteau. Sa pommette se contracta une seconde en une grimace de douleur lorsque le métal froid effleura les bords de sa plaie mais aucune plainte ne vint franchir ses lèvres.

Finalement, le pas léger et tous ses sens en alerte, elle entra dans le bâtiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mar 17 Avr - 0:27

La mélodie venait de terminer lorsque l'on cogna à la porte. Vincenzo n'attendait pas de compagnie et prit le couteau de cuisine qu'il venait de nettoyer avant de partir vers la porte.

Regardant par l'oeil magique, il put voir Clemenza de l'autre côté de celle-ci.

-Eh merde!

Il déverrouilla la porte avant de l'ouvrir devant son comparse.


-Clemenza, je ne m'attendais pas à te voir...


-Cesse ton charabia. Où trainais-tu ces dernières semaines?

-Woah, calme-toi Clemenza, j'allais t'appeler je te le jure.


-Chaque fois tu dis ça, nous ne t'entendons qu'au bout de quelques mois.

L'italien entra dans l'appartement et regarda autour de celui-ci comme s'il s'attendait a trouver une femme nue sur le divan. Soudain, il regarda vers la cuisine et vit la sauce qui mijotait.

-Ah Vincent, tu me mens. Tu m'attendais puisque tu m'as préparé ta fameuse sauce. Alors, Qu'attends-tu pour faire les pastas.

Clemenza, cet idiot ne pouvait jamais rester fâché quand il sentait de la bonne cuisine.


Vincenzo sourit avant de reprendre la cuisine et de mettre une casserole pleine d'eau sur le feu.

Clemenza n'était surment pas venu que pour le punir, mais Vince n'était pas pressé de discuter affaire et sortit le vin. Il sortit deux coupes et en servit une à Clemenza avant de se servir lui-même.

Les deux hommes s'assirent à la table et commencèrent à discuter de la situation de Corleone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mar 17 Avr - 23:51

Les petits souliers de cuir produisaient un léger tapotement alors que leur propriétaire gravissait le plus silencieusement possible l'escalier. Un seul locataire qui rentrait chez lui fut témoin du passage de cette silhouette discrète qui montait d'une manière curieusement «commando», disparaissant de sa vue aussi vite qu'elle y était apparue.

Ce fut en arrivant devant la porte marquée d'un trois que Polly pris conscience de sa propre nervosité. S'obligeant à respirer un grand coup pour ne poser aucun geste irréfléchi, elle posa ensuite son oreille contre le battant. Elle ne tenait pas à déranger Vincenzo par excès de paranoïa, il se serait moqué d'elle. De plus, l'inquisitrice préférait ne pas se présenter devant lui blessé comme elle l'était, elle voulait juste s'assurer que le jeune homme ne risquait rien.

Deux voix masculines lui parvinrent à travers le panneau. Mauvais début, heureusement, l'atmosphère semblait à la conversation. La vampiresse reconnut aisément le ton caractéristique de «son» Italien, ainsi qu'un autre timbre, moins affecté, que l'inquisitrice n'aurait pas été fâchée d'oublier.

«Qu'est-ce que je fais maintenant?»

Altobello ne semblait pas en difficulté, elle n'avait donc plus rien à faire ici, mais quelque chose la retenait dans les environs. Elle redescendit tout de même jusqu'à la porte et une fois dans la rue, se retourna pour fixer les fenêtres illuminées du bloc. Laquelle était celle de son appartement? Verrait-on quoi que ce soit si la situation dégénérait? Les voisins l'entendrait-il?

Polly contourna le bâtiment en courant, pris les marches extérieures et se plaqua sur le mur à côté de la porte qui l'intéressait, où elle risqua son oeil valide, un bref instant. Puis elle avisa une autre fenêtre, juste à sa gauche. Nous avons parlé de gestes irréfléchis? À cet instant précis, la vampiresse n'inspira pas avant de passer sa jambe par-dessus la rambarde métallique. Comme un paresseux arthritique, la jeune femme s'agrippa au rebord de la fenêtre, remercia le ciel que celle-ci fut ouverte et poussa délicatement la moustiquaire, qu'elle attrapa in extremis avant qu'elle ne heurte le sol. Aïe, le flanc.

«Je ne peux pas croire que je viens de faire ça : qu'est-ce qui te prends, ma vieille?» termina-t-elle à son intention.

Un lit et une valise furent les premières choses qui attirèrent l'attention de l'inquisitrice. Oh. Finalement, sa petite incursion lui vaudrait peut-être plus d'ennuis qu'elle ne l'avait d'abord imaginé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mer 18 Avr - 0:17

Vince et Clemenza venait de se raconter l'essentiel quand Clemenza commença à parler affaires.

-Alors, Vincy, as-tu accompli ton boulot?

-Certes, mon très cher ami, mais j'ai quelques soupçons. Vois-tu, ils étaient une dizaine à discuter quand je suis arrivé. Je n'ai donc aucune idée si les autres Vermillions ont été avertis. C'est pourquoi je suis encore ici. Je voulait m'assurer qu'aucun Vampiro ne quitte Londres sans que je le sache.



Vincenzo patinait, car il mentait. Il ne voulait pas lui avouer sa défection auprès de la famille tout de suite.

-Hmmm cela pourrait être problématique...J'ai eu tort de te traiter de déserteur. Tu sais cependant que le Don veut une preuve de ton travail. As-tu quelque chose que je peux lui rapporter.

-Mais certainement, je reviens, j'ai gardé un article de journal dans ma valise. Permets-moi d'aller le chercher.


Vincenzo se leva et s'en alla en direction de la chambre. Il tourna la poignée de porte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mer 18 Avr - 0:28

Le cliquètement de la poignée la lança automatiquement vers la cachette la plus proche, mais surtout la plus puérile qui soit : sous le lit. Incapable de se faufiler sous le meuble comme son instinct la poussait à le faire, l'inquisitrice se fit le plus petite possible pour regarder la porte s'ouvrir et une paire de bas entrer dans la pièce. Ouf! C'était Altobello.

Lentement, Polly se redressa et posa ses avant-bras sur l'édredon, ne laissant dépasser que le haut de son visage, au cas où la réaction aurait été... tranchante.

«Vincenzo! Vincenzo, c'est moi!» chuchota-t-elle assez fort. Consciente du ridicule de la situation, la vampiresse se dit que décidément, elle n'aurait pu faire pire connerie ce soir. Comment expliquer sa présence ici autre qu'en lançant :

«Hé, Vince, je passais dans le coin et je me suis dit que se serait une bonne idée de t'avertir au sujet du fou dangereux que tu accueilles en ce moment.»

Hm... Mieux vallait trouver autre chose. Tandis que ses pensées cherchaient une issue, il lui revint à l'esprit la soirée à la fin de laquelle l'Italien l'avait cavalièrement laissée en plan dans la ruelle d'Archer Street, quelques nuits plus tôt et ce souvenir l'agaça, impression accentuée par la semaine qu'elle avait passé à ruminer cette sortie inhabituelle et passablement... vexante.

Après tout, la situation pouvait difficilement empirer, Polly envoya donc balader l'embarras légitime qui aurait dû accompagner la violation de domicile qu'elle venait de comettre, lesta de sa douleur et de son stress l'irritation qui lui acérait les yeux et ouvrit la bouche une seconde fois :

- Vincenzo Altobello, je crois que tu me dois deux ou trois explications depuis notre dernière rencontre. Premièrement, qu'est-ce qui t'a pris de te barrer de cette manière, l'air de rien, après m'avoir servi un discours de tragédie grecque et deuxièmement, qui c'est l'autre dans ta cuisine?

Le tout débité d'un ton mordant à souhait, presqu'en feulant, à crocs quasi découverts, l'index tendu vers le mur, accusateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Altobello
Membre
avatar

Masculin Messages : 109
Date de naissance : 18/10/1992
Date d'inscription : 08/05/2011
Âge : 26
Race : Humain
Emploi/loisirs : Hitman
Nationalité : Italien

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mar 24 Avr - 23:11

Vincenzo ne s'attendait pas à cela. Premièrement, Polly se trouvait sur son lit. Deuxièmement, elle lui faisait la morale. Troisièmement...Attendez, Serait-ce du sang qu'il voit tacher l'habit de Polly.

-Polly?! Mais que faites-vous içi? Et pourquoi y a-t-il du sang sur votre habit?


Vincenzo parla d'une voix qui incitait à la discrétion. Après tout, si Clemenza savait pour Polly, elle ne survivrait pas plus de 30 secondes.

Il garda son calme et expliqua:

-Pour ce qui est de la semaine passée, je vous expliquerai une fois que j'aurai le temps. Pour ce qui est de mon invité, C'est un homme de la Famille. Clemenza. Il est venu voir si mon boulot avançait... Vous ne pouvez pas rester içi Polly. C'est dangereux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polly Alison
Correcteur
avatar

Féminin Messages : 99
Date de naissance : 01/02/1986
Date d'inscription : 28/05/2011
Âge : 32
Race : Vampire
Emploi/loisirs : Tueuse salariée
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   Mar 24 Avr - 23:26

La vampiresse arqua un sourcil. Il était particulièrement calme pour un type qui vient de découvrir une sangsue dans sa chambre. À un autre niveau, devait-elle lui avouer qu'elle devait à Clemenza cet ajout à sa collection de cicatrices? Son nez se tortilla sous le dilemme, mais ce dernier ne dura pas. Le jeune homme finirait bien par lui poser la question, elle la devança donc :

- Je m'en doute, que c'est dangereux. Comme tu vois, j'ai croisé ton ami un peu plus tôt, raison pour laquelle j'ai préféré éviter de sonner, mais toi, es-tu en sécurité avec lui?

Elle jeta un coup d'oeil vers la porte. Ne manquerait plus que le principal intéressé débarque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 146 Parklane drive   

Revenir en haut Aller en bas
 
146 Parklane drive
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Drive [DVDRiP]
» 08. You drive me crazy
» Vos groupes préférés
» WikiLeak: Bernard Gousse was so repressive
» [UPTOBOX] Boa vs. Python (V) [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♦♦♦ - London In The Dark - ♦♦♦ :: ●◦ En-Jeu •○ :: † Londres † :: ♦ Résidences :: ¤ Classe Moyenne :: Appartement de Vincenzo Altobello-
Sauter vers: