♦♦♦ - London In The Dark - ♦♦♦

♦♦♦ - London In The Dark - ♦♦♦

♦ Découvrez la face caché de Londres... ♦
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Attention Attention


Si vous voulez une demeure pour votre personnage, il sera

désormais obligatoire d'aller en faire la demande ici.


Nous vous créerons donc un sujet portant le nom que vous

nous aurez fait parvenir, dans le quartier demandé. Ainsi vous

pourrez poster vos RP dans le sujet approprié.


Merci de votre compréhension !


Partagez | 
 

 Fawlkes DANTES

Aller en bas 
AuteurMessage
Fawlkes Dantes
Membre
avatar

Masculin Messages : 6
Date de naissance : 12/05/1989
Date d'inscription : 05/11/2011
Âge : 29

MessageSujet: Fawlkes DANTES   Dim 6 Nov - 12:25

Nom : Dantès
Prénom : Fawlkes
âge : 34ans
sexe : Masculin
Nationalité : Ecossais - Espagnol
Race : Humain
Code : Validé par Abigaheyl

Description Physique :
Fawlkes n’est certes pas un être humain quelconque mais peu de choses le différencient du reste de ces congénères. 1m83 pour 87kg, sa tignasse brune et épaisse, accordée à ses yeux bruns mordorés le mettent dans la moyenne européenne des bipèdes humanoïdes. On devine l’activité physique, pour ne pas dire sportive de cet ex rugbyman, aux épaules larges et avant-bras musclés. Le regard de cet homme est double : d’un côté il semble détailler, observer comme un discret touriste à l’affût d’un monument, le monde qui l’entoure ; mais aussi un regard emplis d’une grande compassion, comme embrassant chacun être qu’il rencontre. Affublé le plus souvent d’un T et d’un pull en laine, avec un pantalon cargo aux jambes et ses éternelles chaussures de marche, Fawlkes se mêle à la foule comme n’importe quel quidam de la ville. Sur le dos, bien harnaché, son sac accroché en bandoulière, usé par le temps et les voyage, par l’utilisation.

Point apparent :
Autour du cou, un collier, au terme duquel pend l’effigie d’un saint. Il s’agit, pour les quelques connaisseurs, de Saint Jude. Il accorde beaucoup à cet objet de culte, lui vouant quelques pouvoirs de protection. Aussi, autour du bras gauche, de l’épaule au coude, s’enroule le tatouage d’un parchemin, sur lequel est inscrit en calligraphie : « Per Ardua, Ad Astra ».

Description Mentale :
Fawlkes est une personne passionnée et compassionnelle. Un mot peut le qualifier : juste. Pour cet homme la bonté est en chacun et le bien, tel une luciole dans l’abysse, peut raviver n’importe quelle flamme pour peu qu’elle soit alimentée par la foi. Cette Foi qui est en Fawlkes ne le quitte jamais, et c’est volontiers qu’il s’adonne au récital de versets du Livre Sacré. De part son passé, sa connaissance de l’ésotérisme et de la chrétienté est large et approfondie ; tout comme celle des lectures poétiques de la Grande Bretagne.
Au-delà de sa bonté, Fawlkes affectionne et cultive le don de soi. Qu’un demande son aide et sa gentillesse, il lui donnera sans demander contrepartie. Et ce de là dont découle ses frictions avec le malhonnête, le Malin et les créatures de la Nuit. Il ne les hais pas. C’est un trait qu’il prend à cœur, la haine n’étant que le poison de l’âme. Il ne hait rien, même ces abominations et oubliés de Son Regard. Il ne fait que les mépriser pour certains, les voir comme un fait qu’il faut purifier par la libération de l’âme. Un Caïnite est une âme damnée, un Lycan est une âme perdue. Etant Sa main sur Terre comme ces confrères, Sa voix, dirigé par Sa volonté, il se doit de libérer le damné, guidé l’égaré. Tel le berger guidant ses moutons et coupant court aux souffrances de ses faibles, Fawlkes sent le bien qu’il réalise au travers de ses chasses. D’autre part, quel qu’il soit, Caïnite ou Lycan, s’il recherche la rédemption et non le sang, apparaît pour Fawlkes comme une luciole dans la sombre Nuit. Et les lucioles ne doivent pas être écrasées, mais encouragée. « Je n’ai en mon cœur que Sa Volonté, dusse-elle être impénétrable par mon esprit, je ne ferai que la suivre. »


Peur :
L’obscure et la perte de Foi. Si une peur devait agripper Fawkes, c’est l’oubli de Dieu. Il vie dans cette crainte reculée qu’un jour Il ne l’oublie et que Sa Lumière ne l’éclaire plus. Que Sa Voix ne lui murmure plus au creux de l’oreille. Tel Jésus sur la croix qui ne voyait plus le paradis, Fawlkes crains de ne plus voir Dieu en son sommeil.

Passé du personnage :
Fawlkesest né à Keith, en Ecosse. Fils d’un espagnol étant tombé amoureux du pays et d’une de ses habitantes, il avait déposé ses bagages pour entamer sa vie sur ce continent britannique. Il n’est pas l’aîné, ayant suivi d’un ans son grand frère Michael Dantes, un espagnol dans l’âme à la peau foncée et aux cheveux noirs comme la suie. Très complices, les deux frères se suivirent où que l’autre aille. L’un se jetait à l’eau, aussitôt, l’autre « plouf » suivait. Un mauvais coup se réalisait dans la ville, il fallut que ce soit ce duo infernal et plein de vie. Car plein de vie ils étaient. La vie au grand air les dépensait, et chaque weekend n’était que course en forêt, constructions, pêche et vie sauvage. Avec le temps cependant, les attraits de chaque frère se précisèrent et sans que cela ne soit une rupture, leur unique voie devint une double voie parallèle. Michael se mit à la boxe, Fawlkes aussi. Ils étaient doués, combattaient jamais ensemble. Mais ils étaient doués. Lors de championnats, il en était tout autre et ils raffolaient de se frotter l’un à l’autre ; surtout pour des matchs finaux. Il est dit, peut-être plus légendaire que véridique, qu’un match les opposant dura plus que 15 rounds habituels, pour monter au 20ème round, chose rare. Leur combat était tel qu’il fallut presque déclarer l’égalité entre les deux pour les départager, eux qui ne voulaient pas lâcher prise ni abandonner une once de terrain à son vis-à-vis. Ils avaient seize et dix-sept ans.
Ce qui pourtant différenciait les deux frères, fut les femmes. Michael les aime, comme un fou, n’arrivant à se fixer sur une sans qu’il ne voit en la prochaine un cœur à prendre. En face, Fawlkes, plus réservé, avait une fleur bleue au cœur, lui valant la réputation d’être l’ombre de son frère. Qu’importe pour le cadet, il avait son succès, même s’il ne le cherchait pas. Surement l’attrait du nez cassé et des gants de boxe. A cette même période, en plus de ce sport, ils découvrirent le rugby. Le vrai, qui transpire et choque. Certes, depuis toujours, leur mère était une inconditionnelle du genre, mais, de part une rencontre un soir, les portes du stade s’ouvrirent à eux. Ce fut leur première séparation. Michael préféra la boxe et sa sueur, Fawlkes tomba follement amoureux du rugby et son sang. De par sa taille et corpulence, il fit un très bon ailier, vif rapide et stable. Avide d’apprendre, volontaire et définitivement bon dans ce sport, Fawlkes, en deux ans seulement, il se fit assez remarquer pour qu’on lui propose de venir se joindre à une équipe quelque plus sérieuse : l’équipe d’Ecosse. Une saison plus tard, le voilà propulsé au banc des remplaçants de l’équipe.

Mais où se situe donc l’Inquisition, la Foi et Dieu dans tout cela ? Et bien justement, lors d’un match de rugby. Première mi-temps, l’ailier de l’équipe – Max Evans – se prend une secouée dont il ne se relève pas face à un pilier australien. Moment de gloire pour le jeune Fawlkes, alors agé de 23 ans, qui se lance dans la mêlé du stade. Maigrement connu, plus par le nom que les actes, il entre en jeu. Là, il déploie toute sa fougue, sa vitesse et son jeu au profit de l’équipe. Il parvient à surclasser en vitesse ses poursuivants, ajuster ses passes et même, summum du match, à plaquer deux essais en deuxième mi-temps, finissant ainsi ses réserves. Victoire pour l’Ecosse, qui ne s’en sort pas mal du tout contre les Wallabies,
le chardon écossais fut une épine dans le pied pour l’adversaire. Liesse et réjouissance pour toute l’équipe, surtout Fawlkes, considéré, à raison, comme le bleu de l’équipe. Ce soir-là : il entre pour de bon dans les rangs. Tradition oblige, il fallut descendre quelques pintes, supplémentaires en guise de bizutage. Mais la soirée ne s’en tint pas qu’à cela. La nuit bien avancée, l’équipe, du moins ce qu’il en restait, sortie du pub assiégée, chantant fort et marchant en tangente. Mal leur en pris, des fans houleux et alcoolisés de l’hémisphère Sud les prirent à partie. Certains diront que c’est une erreur de frapper un rugbyman, faut-il préciser qu’il est très mauvais d’en frapper un. Même quelque peu étourdi par la Guiness, Fawlkes ne perdait pas trop de ses réflexes de son ancien sport, et d’un crochet fit un premier K.O technique au sein des « Aussies ». Vipères que ces descendants de tolârds, et indésirés de sa majesté, dans cette mêlée générale, personne ne vit le fin serpent de métal foncer vers l’écossais, s’enfoncer dans son flanc. Mais quand son cri résonna, suivi d’un crochet qui fit craquer la mâchoire du traître, avant qu’il ne tombe à terre en rageant, la bagarre s’arrêta sur le champ. La stupeur puis la panique, suivit des sirènes des ambulanciers peu rassurés sur l’état du jeune homme. La lame était restée dedans, mais rentrée à un endroit critique. On ne donna pas cher de sa peau sur le chemin de l’hôpital. Mais il tint bon. Fawlkes se battait, refusant de céder un pas de terrain à l’obscurité. Durant le trajet, il se sentait comme en face de son frère, lors de cette fameuse finale : un combat long, âpre, difficile et durant lequel il dû user de toutes ses réserves pour ne pas céder, ne pas reculer, et surtout ne pas se courber face aux coups.
Il fut traité, et durant quatre jours resta à l’hôpital, veillé par Michael qui ne dormi que peu, le veilla heure après heure, aussi loin qu’allèrent ses forces. Le jour de son départ de l’hôpital, Esteban, le père de Fawlkes, qui lui aussi n’avait pas quitté les lieux, mais en dehors de la chambre, rentra enfin pour parler à son fils. Pieu, Esteban n’eut de cesse de prier pour son cadet, aussi la survie de ce dernier tenait plus du miracle que de la chance et de la médecine compétente des chirurgiens écossais. Fawlkes y réfléchit. Il n’était pas le plus pieu des hommes, c’était un fait. Mais sa survie face à la Mort le laissait pensif. Peut-être avait-Il un plan plus grand pour lui que ce qu’il crut ? Sa Voie impénétrable lui avait lancé un signe par le biais de ce couteau ? Surement. Esteban offrit, avant de quitter la chambre, un chapelet ancien, qui avait appartenu à son petit frère. Relique transmise depuis des générations aux fils de la famille. Cela lui revenait.
Depuis sa sortie d’hôpital, Fawlkes ne vit plus de la même manière le monde qui l’entourait. Il ne percevait plus son environnement comme celui qu’il fut. Mue par un besoin de payer une dette envers Lui, Fawlkes repris ses études, en théologie, et en parallèle entrepris des études au Vatican. C’était d’une évidence sans nom. Il lui avait sauvé la vie, aussi voulait-il passer le restant de sa vie à lui repayer ce dû. C’est à force de travail acharné et de dévotion infaillible, que finalement, un certain Père Carzo l’approcha. Il voulait servir Dieu ? Et bien il y avait une porte, la Congrégation des Anges. La Sainte Inquisition, prête à prendre des jeunes hommes dévots. Malgré l’âge d’intégration, il rentra dans l’organisation – nul doute grâce au passé de sa famille – et devint Inquisiteur du Vatican. Ce fut long, rigoureux, mais inébranlable comme il le fut toujours, Fawlkes parvint à se hisser parmi les rangs de son Ordre.
Envoyé de retour en son continent, la Grande-Bretagne, il lui fut assigné les terres de Londres et environs directs. Civilement, Fawlkes avait été embauché comme professeur en théologie au Oak Hill Theological College, avec la double casquette de professeur en théologie chrétienne et sport.

Autres informations importantes :
La cicatrice laissée par la lame qui envoya Fawlkes sur Son Chemin est toujours là, visible et large. C’est son signe personnel, sa preuve de Foi. Et comme personne ne part en guerre contre le malin armé de ses seules mains, aussi guidées soient-elles par Sa Volonté, Fawlkes a su garder sur lui deux couteau en alliage d’argent – acier, béni par l’archevêque d’Edhinburg. L’un au cou, l’autre à la ceinture. Et quand le Seigneur le mets à l’épreuve, il s’en remet au P 220 avec des balles du même acabit. Mais la violence n’est pas panacée.


Dernière édition par Fawlkes Dantes le Jeu 10 Nov - 19:10, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigaheyl Ó Ceallaigh
Modératrice générale
avatar

Féminin Messages : 111
Date de naissance : 30/03/1989
Date d'inscription : 10/02/2011
Âge : 29
Race : Loup-Garou
Emploi/loisirs : Guérisseuse, héritière de sa meute
Nationalité : Irlandaise (Gaëlique)

MessageSujet: Re: Fawlkes DANTES   Dim 6 Nov - 14:04

Très belle histoire et bonne construction, mais je t'inviterais à corriger certaines erreurs de conjugaison et cette erreur d'orthographe. Par exemple: « C’est un très qu’il prend à cœur, la haine
n’étant que le poison de l’âme. Il ne hais rien, même ces abominations
et oubliés de Son Regard. »

De plus, je te conseille d'aller lire les sujets des vampires et loups-garous, car il te manque des codes. Évidemment, tu ne joues pas un personnage de ce type, mais il serait bon que tu connaisses nos descriptions pour ces créatures qui peuvent varier de celles conventionnellement acceptées.

Et puis, peut-être pourrais-tu raconter un peu ses aventures au sein de l'Inquisition. Bien sûr, ce n'est pas essentiel, mais sa première rencontre avec un vampire ou lycan pourrait expliquer sa relation avec eux. Tu peux également le faire en faisant du rp. C'est également une bonne chose.

Bref, pour ce dernier point, tu fais ce qu'il te chante. Ce n'était qu'une proposition. Pour le reste, j'attendrai de voir les modifications pour donner ma validation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nia Rain
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 46
Date de naissance : 30/04/1990
Date d'inscription : 22/02/2011
Âge : 28
Race : Humaine
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: Fawlkes DANTES   Lun 7 Nov - 10:41

Oh, bon sang. J'en bave.

J'adore cette fiche, particulièrement le style d'écriture et, mon dieu, les détails! Ça me rend heureuse de voir de beaux textes comme ça. Simplement corriger tes fautes d'orthographe et de grammaire, lire les topos de contexte des créatures de la nuit (et rajouter ces codes dans ta fiche), ainsi que modifier le format de ton texte (on dirait qu'il y a des retours à la ligne partout; tu as copié-collé de Word?) et ta fiche est bonne pour être validée! J'ai très hâte de voir ce personnage en RP (notre tout premier chrétien pur au sein de l'Inquisition!)

Sur ce, bienvenue au forum! (Pouvoir aux parenthèses!)

・。・゜★・。・。☆・゜・。・゜。・。・゜★・。・。☆
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fawlkes Dantes
Membre
avatar

Masculin Messages : 6
Date de naissance : 12/05/1989
Date d'inscription : 05/11/2011
Âge : 29

MessageSujet: Re: Fawlkes DANTES   Mar 8 Nov - 14:47

Pour les fautes...*-* elles m'ont brûlées les yeux sans appel, honte à moi.

Du reste.. "présent compris!" j'irai relire les sections et y ajouter les codes correspondants.

Au sujet de ses premières entrevues avec les fils de Cain; sa mordante rencontre avec les égarés du Loup, je m'y attèle dès ce weekend. (il m'est impossible de réellement modifier le tout dès à présent, étant dans les ordres en ce moment tongue )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nia Rain
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 46
Date de naissance : 30/04/1990
Date d'inscription : 22/02/2011
Âge : 28
Race : Humaine
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: Fawlkes DANTES   Jeu 10 Nov - 9:23

Parfait! J'ai hâte de voir tes modifications. ^^

Oh, d'ailleurs, un détail qui n'a pas tout à fait lien avec ta fiche, mais qui devrait être revu: ton avatar et ta signature. Je dois avouer que ces hommes sont vraiment beaux (excellents choix, d'ailleurs), mais il faudrait n'utiliser qu'un seul des trois, puisqu'ils ne ressemblent pas tout à fait...Sinon il peut être difficile de discerner lequel ressemble vraiment celui à qui l'on parle.

・。・゜★・。・。☆・゜・。・゜。・。・゜★・。・。☆
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fawlkes Dantes
Membre
avatar

Masculin Messages : 6
Date de naissance : 12/05/1989
Date d'inscription : 05/11/2011
Âge : 29

MessageSujet: Re: Fawlkes DANTES   Jeu 10 Nov - 14:02

C'est le même à chaque fois huhu. Il s'agit de Eric Bana (étonnant non?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigaheyl Ó Ceallaigh
Modératrice générale
avatar

Féminin Messages : 111
Date de naissance : 30/03/1989
Date d'inscription : 10/02/2011
Âge : 29
Race : Loup-Garou
Emploi/loisirs : Guérisseuse, héritière de sa meute
Nationalité : Irlandaise (Gaëlique)

MessageSujet: Re: Fawlkes DANTES   Jeu 10 Nov - 18:41

POUR VRAI!??! Shocked


C'est tout de même surprenant. Nia et moi, nous en discutions et nous avions réussi à identifier clairement 3 sur 3. Mais savoir que nous nous sommes parjurées, c'est tout à fait étonnant. Nous croyions qu'il y avait Russell Crowe avec Joe Manganiello pour la signature et Eric Bana pour l'avatar.

Bref... Eric Bana est métamorphique. Je prend le blâme avec Nia pour ce commentaire d'incohérence entre la signature et l'avatar. Je suis désolée.

Sinon, nous attendons tes ajouts de codes avec impatience. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigaheyl Ó Ceallaigh
Modératrice générale
avatar

Féminin Messages : 111
Date de naissance : 30/03/1989
Date d'inscription : 10/02/2011
Âge : 29
Race : Loup-Garou
Emploi/loisirs : Guérisseuse, héritière de sa meute
Nationalité : Irlandaise (Gaëlique)

MessageSujet: Re: Fawlkes DANTES   Sam 12 Nov - 3:11

Et bien, et bien... Je valide ta fiche Sir Fawlkes. Nia, tu pourras enfin le mettre dans les fiches acceptées après ta validation finale.


Bon rp Fawlkes, et ne tombons pas sur la même route. bom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nia Rain
Administratrice
avatar

Féminin Messages : 46
Date de naissance : 30/04/1990
Date d'inscription : 22/02/2011
Âge : 28
Race : Humaine
Nationalité : Anglaise

MessageSujet: Re: Fawlkes DANTES   Sam 12 Nov - 9:55

Tout est en ordre alors! Tu es à présent validé, Monsieur Dantès! ^^

Bon RP parmi nous~!

・。・゜★・。・。☆・゜・。・゜。・。・゜★・。・。☆
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fawlkes Dantes
Membre
avatar

Masculin Messages : 6
Date de naissance : 12/05/1989
Date d'inscription : 05/11/2011
Âge : 29

MessageSujet: Voici un loup-garou.   Dim 20 Nov - 6:44

Comme promis, je l'ai dis, un texte Back Ground de Fawlkes décrivant son entrée (extrait raccourcie) au sein de l'Inquisition.

L'entrée.



- Fawlkes, réveille-toi ! Fawlkes ! tu vas encore être en retard ! Rah, bouge !

D’un coup, de pied dans le lit du feignant, Jean s’en alla en courant après un regard à sa montre.

- Il est 06h50 !

Merde. Merde merde merde !

D’un bond d’un seul, ce qui fut il y cinq secondes un endormi, était un jeune en caleçon tout frais et complètement éveillé, conscient de sa situation. Il sauta dans ses habits tout en se maudissant de ne pas être allé au mess voir quelle couleur était pour la journée. Tant pis le bleu irait pour cette fois. Ce devait être le bleu. Il l’aura entendu de Sa bouche. Un coup de rasoir sur le visage, un coup d’eau, une main avide dans un carton contenant des biscuits envoyés par la famille et le voilà parti pour dévaler les escaliers du dortoir. Plus vite qu’il ne l’eut cru, il était devant les portes de la chapelle, Père Carzo secouant la tête avec un mélange d’amusement, et de résignation dépitée. A son passage, il tapota son poignet par-dessus sa bure. Fawlkes s’immobilisa devant le moine, remit en état sa tenue et avança vers les rangs déjà plus ou moins remplis, prêt pour la messe.


- 08h01, il y a du progrès Dantes.
- Désolé Père Carzo. Lon…
- Longue nuit oui, très longuement courte oui oui, rétorqua le quinquagénaire chassant vers l’intérieur l’élève.

Sur le panneau d’informations, était écrit au marqueur :
Menu de la journée :
Matin : petit déjeuner.
Midi : lentilles, porc rôti et pois croquant
Soir : pot-au-feu.
Saint du jour : Séraphin
Code couleur : blanc.

- Je vais finir par vous croire daltonien Dantes, murmura le moine en passant aux côtés de Fawlkes qui faisait une moue face au panneau. Encore une journée où on ne lui ferait sa fête.

Tant pis. Il s’installa sous le sourire de ses pairs. Frère Jean et Sœur Aline l’observaient, depuis leur banc, approcher, avec pour l’un un soupir, pour l’autre un sourire amusé.

- Je t’ai gardé un morceau de pain.
- Demain je te lève à trois heures.

Secouant la tête, le retardataire posa son sac et ses affaires sur le banc et se tint avec le reste du publique, debout, prêt à entamer un chœur puis la messe du père. Ce matin, il fut question du pardon et de la faculté avec laquelle Jésus pu pardonner ceux qui l’avaient punis, crucifiés. Père Albert, dans son érudition, cita d’ailleurs Voltaire qui dit en mourant qu’il aimait ses amis et ne haïssait pas ses ennemis. Chacun devrait être capable de ne haïr que ses propres pêchés, et chercher le pardon pour ceux et ceux de leur prochain. La messe matinale avec père Albert était toujours pour Fawlkes un moment de réflexion, tout comme ses cours de théologie et littérature. Ce prêtre, pourtant âgé de 55ans, semblait avoir l’érudition des ancêtres conteurs d’Afrique, connaissant chaque œuvre, ses aboutissants, l’histoire des religions. Toujours empreint d’interrogation, c’était un plaisir de le voir mener la messe. Malheureusement encore une fois, c’était sur Fawlkes que l’on attendait. Encore une fois il était resté au lit, c’était comme plus fort que lui. Le réveil était un instrument de torture que l’élève de la Congrégation des Anges combattait presque chaque matin et ce depuis bientôt deux ans. Au sortir de la chapelle, Jean se pencha par-dessus le trio, du haut de 2m05.


- Menu du jour pour vous ?
- Histoire biblique, répondit Aline, fronçant les sourcils. Puis Latin.
- Fawlkes ?
- Hmm ? Cours... Mes cours… Voyons…

Horrifiés, les deux autres ouvrirent grands les yeux à les faire déloger de leurs orbites.

- Ah mais oui ! plaisanta-t-il en voyant la réaction, j’ai un cours d’abord, sur les rites pré chrétiens en théologie, puis l’après-midi de Latin et travail personnel.
- Pas de partiels ? s’enquit Jean.
- Non. Pas encore je suppose. C’est la classe qui décide ça au moment voulu. On s’attrape à midi au mess.
- Si t’es pas en retard !

Sur cet échange, Fawlkes accéléra le pas pour arriver avant le Père Alexander en salle d’écoute. Ce matin, le cours était bel et bien rites pré chrétiens, ou païens, mais plus précisément, sur un domaine qui ne devait sortir de la classe : le lycan. Un cours que le jeune homme attendait avec une certaine impatience. La main sur la poignée de classe, il inspira un grand coup et ouvrit la porte.
Personne.
S’avançant vers le pupitre du professeur, Fawlkes alluma les lumières de la salle et l’écran du projecteur avant de dépose son sac au second rang. C’est à ce moment que Père Alexander rentra.


- Ah ! Dantes, plus qu’à l’heure. Je vais finir par croire que les messes ne vous intéressent guères, contrairement aux cours.

Dévalant les quelques marches, il s’affaira au cours pendant que Fawlkes, muet se contenta de sourire pour faire de même au fur et mesure que la salle se remplit d’une cinquantaine d’autres élèves. Un œil à son sac, il contrôla le contenu. Un litre de boisson douteuse et énergisante, ses livres références, sa bible, trousse et bloc qu’il saisit pour commencer sa journée. Lorsque la porte cessa de s’ouvrir, père Alexander pris la télécommande, allumant l’écran mural avec ce qui semblait être une vidéo sur le point de commencer. Rapidement, Fawlkes enfila ses fines lunettes.

- Maintenant que la Congrégation des Anges vous a sélectionnés, nous allons commencer ce nouveau semestre en vous réassignant dans une nouvelle classe. Comme vous le voyez, vous n’êtes plus les cent vingt-trois de l’année dernière. Dès la troisième année, seuls les meilleurs d’entre vous, et ce basé sur les tests écrits, psychologiques et physiques, sont restés pour former un cercle de plus dans l’arrière-boutique du Vatican. Si quelqu’un ne se sent pas l’âme de rentrer dans le cercle plus fermé de l’Inquisition, qu’il ou elle se lève et s’en aille rejoindre la classe de la Congrégation en salle 111.

Père Alexander balaya du regard la salle, lorsque deux élèves se levèrent en silence et quittèrent la salle sous son sourire bienveillant.

- Bien, ceci fait, je me représente, pour ceux et celles qui ne me connaissent pas. Je suis le père Alexander, et serait votre… professeur sinon instructeur pour ce cours dénommés : théologie et rites pré chrétiens. Une image valant mille mots, je vous ferai trêve des miens. Regardez bien cette vidéo, nous la commenterons plus tard et vous prendrez des notes après.

Tamisant la lumière il enclencha la vidéo. Cela devait s’agir d’une caméra de surveillance ou amateur, la qualité étant très mauvaise. Une gare, ou marchait une personne, peut être une femme, oui une femme, reconnu Fawlkes, dû au sac sur l’épaule. Derrière elle une silhouette, comme une ombre, traversa le couloir en un éclair. Père Alexander coupa là la vidéo et remis en arrière, faisant un arrêt sur image au moment où l’ombre passait d’un mur à l’autre juste derrière la jeune femme.


- Qui peut me dire… Ce qu’est un Lycanthrope ? Monsieur Dantes ?

- Hm… Un lycanthrope, ou loup-garou est un animal mythique, damné de dieu et maudit qui, à chaque pleine lune transforme un être humain… contaminé en bête mi-homme mi-loup. La bête est violente, agressive et chassée au travers du Moyen-Âge. Mais c’est un animal mythique. Populaire au Moyen-Âge pour nourrir la peur de la nuit aux enfants… et excuser la chasse aux loups aux proportions démesurées, comme la bête du Gévaudan.

- Excellent Dantes. Presque récité du dictionnaire, sourit le père Alexander. Néanmoins. Le loup-garou est une bête à moitié humaine, à moitié lupin, mais complètement damnée d’âme et esprit. Et cet animal existe bien. Regardez.

Il remit la lumière en basse intensité, et la vidéo continua, cette fois sous un autre angle, celui d’une rue aux sortir du métro. Toujours la même femme, marchant toujours seule. Soudain l’ombre repassa derrière elle sans que cela ne la perturbe. Une seconde fois, mais fondit sur la jeune femme. La silhouette, courbée, ne ressemblait en rien à un humain et avait la tête au cou de la femme qui se débattait. A nouveau un arrêt sur image. Le volume parmi les élèves s’éleva au rang de murmures et messes basses, chacun ayant une exclamation face à cette vision et mise en relation avec les paroles du père.


- Damned…
- Comme vous dites si bien Dantes… « Damned ». Damné. Ce qui vous avez sous les yeux est un enregistrement de caméras de sécurité des métros de Paris. Ce qui apparaît ici est un authentique loup-garou errant dans les ruelles de la capitale française. Une âme damnée par Dieu et maudite, qui n’a comme autre festin que les semblables humains quand le gibier se fait rare, chose courante en pleine ville de six millions d’habitants. Il éteint la vidéo. Il y a cependant quelques différences entre les mythes fomentés par les mères et conteurs populaires. Nous savons désormais que la morsure, si redoutée de ces bêtes, ne cause pas la transformation. Elle est dangereuse et pourrait broyer vos os et chair, mais vous ne serez pas un damné de leurs rangs. Non, il est plus probable que ce soient les gènes qui perpétuent la maladie lycanthrope. Il nous est encore impossible de déterminer les gènes porteurs de cette… affliction, mais il est plus que certains que la puberté transforme son état passif en une malédiction bien active. La pleine lune n’est pas l’unique fac… Oui Schellamer ?


En face, un homme d’une trentaine d’année levait la main, visiblement interloqué et cherchant ses mots, incertain de ce qu’il allait demander, et plus encore de ce qui allait lui être répondu.

- Père Alexander, vous voulez nous dire que l’église a gardé ce secret des années ?
- Des siècles oui.
- Mais, il doit y avoir des personnes au courant, de telles abominations ne peuvent survenir sans que l’on s’en rende compte !
- Et pourtant frère Schellamer. Et pourtant.

Fawlkes se retourna face au père, rajustant du dos de la main ses lunettes. Des loups-garous ? Comme dans les contes ? Ce que disait l’autrichien n’était pas dénué de sens. Si de telles bêtes écumaient le monde, il devait y avoir des humains au courant. Des humains ! Son fil de pensée allait si vite, la pensée qu’il puisse déjà croire à leur existence, les dissociant des humains le surpris. Mais alors si tenté que l’église soit au courant, que fait-elle donc ? Levant la main, le jeune homme capta le regard d’Alexander qui le notifia d’un hochement de tête, levant le bras de sous sa bure vers lui.

- Combien y en a-t-il à travers le monde… Et que fait l’église, père Alexander ? Nous nettoyons derrière ?

Le père sourit doucement, agitant le doigt, retournant derrière son pupitre. Il sortit de derrière celui-ci une valise coquée qu’il hissa sur la table. De là il sorti un pieu, une arme à feu, avec une cartouche.

- L’église, frère Dantes, il balaya la salle du regard, ravi de voir l’interrogation sur le visage des élèves, a la longue histoire de pacification, hormis les croisades évidemment. Aussi, je vois que vous posez les bonnes questions jeune homme et je vais vous répondre. Les mythes ont un fond de vérité, et le voici : l’argent [il plaça la cartouche au rétroprojecteur] reste leur plus grand ennemi. Ce que vous avez ici sous les yeux… rendons cela net, est une cartouche magnum calibre .38 avec une balle d’argent trempée dans l’eau bénite. Un tel projectile, planté dans la chair d’un lycan, même sous sa forme de travesti, humain, le brulera comme un feu.

Il releva la tête vers les jeunes gens, puis l’écran avant de revenir sur eux avec un sourire au travers de son bouc grisonnant.


- Cet après-midi vous allez suivre votre première instruction au tir. Vous serez changé d’affection dans les salles. Se relevant avec gravité. Ceux qui ne sentent pas capables de pouvoir passer dans une zone grise de l’Eglise ; enquêter, traquer et poursuivre jusqu’à tuer et purifier ces âmes, peuvent se lever et partir. Ils devront garder pour eux ce qui a été dit ici.

Personne ne bougea, et n’osa regarder sur son épaule si le voisin ou la voisine se levait.

- Bien. L’entraînement commence ici. Si vos tests sont irréprochables, si votre volonté est inflexible et votre Foi sans faille, alors nous allons pouvoir ouvrir les portes des custodes… L’Inquisition pour vous…

Première entrevue avec les zones grises de l’Eglise. Fawlkes s’était d’abord senti comme étranger à ce monde agressif face à l’’hérésie. Faire le bien par le feu ? Tout d’abord un illogisme. Puis, il comprit qu’il y avait plus que cela. Plus que tuer ces êtres. Des solutions existaient. Peu soutenues par l’Eglise, encore moins par l’Inquisition, il y avait moyen de donner rédemption à ces âmes égarées et perdues de Sa Vue. Au fil des trois années d’entraînement, durant lesquelles il appris le combat à mains nues, pour s’échapper plus que combattre, les arts de l’arme blanche, armes à feu et les bases du métier d’artificier. A terme, une cartouche .45 ACP chemisée avec le cœur d’argent n’était plus un secret, comme une cartouche 24 grains sabotée. Il était bon, et surtout, il avait des idées. Il introduisit, en dernière année, lors de son mémoire sur la lycanthropie et ses effets sur le corps, le concept de couteau-griffe damasquinée avec de l’argent. Loin des têtes blondes, Fawlkes questionnait beaucoup, remettait en question ce qui lui semblait erroné, au damne de ses instructeurs ne voulaient quitter leurs acquis.
Ce fut astreignant comme entraînement et sans grand répit. Fawlkes, comme le reste des inquisiteurs, dut suivre une triple formation. Celle d’inquisiteur à proprement parler, la plus intéressante et importante pour l’Ordre ; celle de choix – la théologie et psychologie dans son cas – et enfin le métier de prêtre – moine. Cinq années qui furent comme les deux premières de médecine. Reclus presque chaque jour entre le travail et les cours, il perdit ses contacts avec Jean et Aline, durant un an, avant de les retrouver plus ou moins périodiquement. Mais quand l’une partie en Flandres exercer, et l’autre en Irlande, Fawlkes se retrouva avec comme seules interactions sociales ses camarades de promotion et les lettres de sa famille. Au sortir du Vatican, après ces cinq années d’apprentissage, lui fut assignée sa localisation pour les années à venir : Londres.
Officiellement professeur en théologie, officieusement inquisiteur pour la Congrégation des Anges et l’Eglise, Fawlkes se mit à sa nouvelle vie, bien décidé à être Son Instrument de rédemption et de pardon. En quittant le Vatican, le père Carzo lui remit un cadeau, un couteau fait sur mesure et selon les concepts de son élève.

- N’oublie pas frère, de rester qui tu es, peu importe tes responsabilités, ton pouvoir et ta force. Orgueil est le pire des vices pour qui protège Ses enfants.

Londres… Ville royale, nid de guêpes et chef-lieu de l’inquisition britannique

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fawlkes DANTES   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fawlkes DANTES
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parlementaires « Ne vous laissez pas effrayer par les sirènes de la haine »
» [rp] le cimetière d'Amiens - Caveau de la famille DANTES
» [RP] Eglise Pascale d'Amiens
» Présentation de Veronica-Dantez
» Dessalines a Parle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♦♦♦ - London In The Dark - ♦♦♦ :: ■▫ Introduction ▪□ :: † Fiches de Présentation des Personnages † :: ♦ Fiches Acceptées :: Fiches des humains-
Sauter vers: