♦♦♦ - London In The Dark - ♦♦♦

♦♦♦ - London In The Dark - ♦♦♦

♦ Découvrez la face caché de Londres... ♦
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Attention Attention


Si vous voulez une demeure pour votre personnage, il sera

désormais obligatoire d'aller en faire la demande ici.


Nous vous créerons donc un sujet portant le nom que vous

nous aurez fait parvenir, dans le quartier demandé. Ainsi vous

pourrez poster vos RP dans le sujet approprié.


Merci de votre compréhension !


Partagez | 
 

 Un obstacle féminin

Aller en bas 
AuteurMessage
Leminer
Membre
avatar

Masculin Messages : 86
Date de naissance : 09/04/1974
Date d'inscription : 26/02/2011
Âge : 44
Race : Humain
Emploi/loisirs : Psychiatre
Nationalité : Américain ?

MessageSujet: Un obstacle féminin   Dim 17 Avr - 19:23

(Ce RP est réservé à Jiiny)

-Finalement, j'y suis...

Le docteur arriva finalement au cimetière St-Mary. Il avait dû prendre plusieurs raccourcis pour éviter une attaque potentille contre les Nocturnes et surtout les loup-garous. Même le camouflage chimique qu'il s'était mît, il y a avait toujours une chance qu'un loup-garou a pu le suivre en douce, ce qui n'était pas exactement le cas avec les vampires car ils prennent habituellement leur repas dans les endroits les plus sociales et plus encombrant pour de meilleur choix.

Le cimetière était dans le secteur où le QG de l'Inquisition était située et le docteur était de plus en plus habituer de se promener dans ce cimetière. Par son travail et pendant ses missions de chasse, jamais une fois un loup-garou ou un vampire avait attaqué dans St-Mary. Peut-être que ces monstres avaient peut-être une certaine morale après tout.

Il se promenait entre les pierres tombales et sortît son cellulaire, il avait encore une heure et demi avant son rendez-vous. Il s'arrêta dans sa marche et identifia son environnement.

-Leur pierre ne devrait pas être très loin...


Il se faufilait entre les emplacements sacrées et arriva devant une série de quatre pierres tombales toutes pareilles, mais sans un nom gravé sur la surface. Le docteur temporairement handicapé avait habituellement de la difficulté à regarder de face-à-face ces pierres toutes ressemblantes et inertes de diversités. Il fixait pendant une longue minute les pierres tombales avant de mettre sa seule main devant son cœur et de faire une petite prière. Il n'en n'était pas croyant pour le moins du monde, mais il leur devait un respect pour ces quatre étranges qu'il avait connu à travers les missions qu'ils avaient traversé ensemble et des faibles liens d'amitiés que ces machines à tuer se sont fabriqués.

-Je m'excuse...

Disait le docteur d'une voix lourde, mais sans pour autant montrer sa dégoût envers lui-même. Quand il revenu à la réalité, il sentait qu'on le regardait depuis plusieurs secondes. Il se tourna vers sa gauche et vît une grande femme près d'une pierre tombale portant une arme blanche derrière son dos. Un katana pour être exacte. Le docteur en avant déjà vu, mais jamais en publique et surtout en pleine nuit. Elle était peut-être une chasseuse attendant son groupe ou peut-être une Nocturne, mais les deux sujets étaient improbables. Premièrement, si elle était une Nocturne, elle aurait draguer le bon docteur ou l'aurait sauter en plein visage. Deuxièmement, le docteur l'aurait au moins vu son fichier dans ses documents, mais jamais il y avait lu un où il disait: «Porteuse de katana». Troisièmement... la jeune femme semblait être très, très fatiguée.

Il avait eu un moment de silence entre les deux visiteurs nocturnes qui aucun d'eux avait quitté l'autre des yeux. Finalement, le docteur subît à la pression des yeux gris de la jeune femme, détourna son regard vers les pierres tombales et dît, pour sa paranoïa pour les Nocturnes et pour la fatigue de la jeune femme:

-Vous devriez aller chez vous et dormir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jiiny Dawnkins
Membre
avatar

Féminin Messages : 15
Date de naissance : 01/05/1986
Date d'inscription : 16/04/2011
Âge : 32
Race : Humaine
Emploi/loisirs : Militaire
Nationalité : Britannique

MessageSujet: Re: Un obstacle féminin   Dim 17 Avr - 20:28

Jiiny grommela sur elle-même, elle détestait le froid et encore plus la nuit. Les gens soulent dans les rues et crachant leur tripe sur les trottoirs. La terre était déjà assez polluée pour ne pas en mettre encore plus. Néanmoins, elle cessa en baissant les yeux vers la tombe en se penchant pour déposer une corbeille de fleurs au pied du monument de pierre et très lentement se relever. Un bref coup de vent fit valser son manteau, son foulard et ses cheveux, la présence de son médecin lui manquait et pourtant sur son visage de marbre il était impossible de lire la moindre émotion.

Son attention fut perturbée par un bruit de pas. Sur le coup, elle ne réagit pas, jusqu’à ce qu’elle entende les pas s’approcher où elle ne put faire abstraction de la tierce présence. Elle jeta alors son regard sur l’homme. Pourquoi venait-il troubler sa paix?

À première vue, il ne semblait pas être un voyou, alors elle ne s’en soucia pas. Elle venait juste de revenir de mission, les heures d’avion avaient été longues et pénibles dans ses endroits si restreints où tous partageaient l’intégralité de l’univers; l’air, l’eau et les toilettes. Rien de tel pour dégouter Jiiny de respirer, boire et aller à la toilette. Elle toussa et releva le regard vers l’homme. Honnêtement, celui-là était de trop de sa journée. Elle se mit à l’observer, alors que lui fit de même. Apparemment, c’était un genre de combat. Le regard mi-clos n’ayant pas vraiment envie de le défier du regard, même si au fond, elle n’avait pas d’énergie à mettre sur son cas. Quand celui-ci baissa le regard vers la tombe pour laquelle il semblait être venue, elle limita et rebaissa le regard vers la tombe de ce qu’elle pourrait de seul homme ayant un intérêt quelconque dans sa vie.

Puis, la voix de l’homme arriva à ses oreilles. Était-ce des ordres? Elle releva immédiatement la tête et fronça légèrement les sourcils avant de reprendre son air nonchalant.

-En quel honneur, ai-je le droit à ce conseil venant d’un inconnu?

Demanda-t-elle, en plongeant ses doigts au fond de ses poches. Elle baissa le regard vers la tombe ne voyant aucun danger. L’homme semblait parfaitement inoffensif et même plutôt soumis. L’homme lui fit penser à un jeune infirmier qu’elle avait croisé dans sa jeunesse et qui avait un frisson à chaque fois qu’il croisait son regard. À ses yeux la jeune femme devait être morte et il le faisait sentir. Il faisait sentir qu’elle était telle qu’un fantôme errant ne trouvant pas la porte du paradis. Devait-elle s’éclipser pour lui faire peur ? Non, ainsi elle ne pourrait pas se confier à la tombe plus longtemps. Elle avait tout de même une mission complète à résumer au mort.

Elle arrêta ses pensées et monta les yeux au ciel. Son chez elle, son chez elle était bien loin d’ici, une grande maison d’accueil pour gens souffrant. Ici, elle ne faisait qu’être hébergé dans un appartement de luxe aux frais de l’armée, rien à battre tant qu’il serait aussi propre que ce qu’elle et ses médecins de l’institut avaient exigé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leminer
Membre
avatar

Masculin Messages : 86
Date de naissance : 09/04/1974
Date d'inscription : 26/02/2011
Âge : 44
Race : Humain
Emploi/loisirs : Psychiatre
Nationalité : Américain ?

MessageSujet: Re: Un obstacle féminin   Dim 17 Avr - 21:01

Elle devait se sentir ordonner, par le docteur, par sa réaction légèrement défensive.

-En quel honneur, ai-je le droit à ce conseil venant d’un inconnu?

Le docteur ne voulait rien dire d'alarmant à la jeune femme où quoi que se soit qui dérangerait sa paix. Mais le mal était déjà fait. Il n'aimait pas les femmes, comme il le sait, mais elles étaient encore humaines et son objectif en temps qu'Inquisiteur est de protéger hommes et femmes des Nocturnes, même s'il y laisserait sa peau ou même si ses protégés sont humaines.

Il jeta un coup du regard vers la tombe du défunt. À cause de la noirceur, il ne pouvait pas lire tout ce qui était dans le contraste nocturne de la nuit, mais il pût lire la date du décès. Le mort semblait être quand vieux, peut-être était-il sa mère ou un parent proche? Il ne pouvait sauté aux conclusions, mais elle semblait bien l'aimer pour se promener dans les rues de Londres pendant la nuit.

Il essayait de répondre sans la regarder.

-Tu sembles être fatigué et tu sembles être aussi malade, alors la solution est simple. Si tu ne veux pas gaspiller ta vie, il faudrait que tu te guérisses.

Bien sûr le docteur n'avait aucune idée de la condition de la femme armée, mais il n'avait pas peur de dire ce qu'il avait en tête. Il savait bien comme plusieurs anciens Inquisitieurs se qu'il pouvait faire. Mais dans la condition qu'il avait négligé, pouvait-il vraiment faire face à une femme portant une arme aussi dangereuse?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jiiny Dawnkins
Membre
avatar

Féminin Messages : 15
Date de naissance : 01/05/1986
Date d'inscription : 16/04/2011
Âge : 32
Race : Humaine
Emploi/loisirs : Militaire
Nationalité : Britannique

MessageSujet: Re: Un obstacle féminin   Lun 18 Avr - 21:00

Apparemment, l’homme avait assez de front pour la défier en mot. Que lui voulait-il à la fin. Elle échappa un soupir en voyant l’homme lui faire des constatations sur son état.

*J’ai un nez, des poumons et je n’oublie jamais de respirer, alors je n’oublie surement pas de dormir, de quoi tu te mêles le gars ?*

Elle regarda l’homme et une fine esquisse de sourire s’afficha sur son visage. Ses pensées étaient bien plus effrontées que ce que son air ne voudra jamais laisser présager et heureusement ses pensées resteraient toujours à elle-même, gare à celui qui tentera de les lire. Le genre de « sourire » qu’elle avait osé afficher sur son visage était rare et n’était surement pas quelque chose de vraiment commun et rassurant pour ceux qui la connaissaient. Qu’est-ce qui pouvait bien amuser une… fille comme elle, si on pouvait appeler ce tas de marbre une fille ou une femme.

-Que fait-on alors quand on est condamné à mort depuis qu’on est né? Que la fatigue et la maladie sont en fait des parties intégrantes du corps… Si dormir était le remède miracle, il y a bien longtemps que j’aurais été rétablie, monsieur.

Sa voix était douce et calme, mais aussi fatiguée et sans vraie motivation. Peut-être une pointe de sarcasme pour mettre un peu de gout. Que pouvait-elle dire ou faire de plus, elle qui ne croyait plus à la guérison depuis bien des années. Devait-elle, s’enfermer chez eux pour mourir? Elle le faisait déjà de toute façon, dormir des journées entières sans voir le jour se lever ni celui-ci se coucher. Se lever pour prendre une douche, boire une boisson sur vitaminé pour ne pas mourir par manque de force pour respirer et quelque chose pour l’empêcher de maigrir trop.

Puis, tel qu’un coup de vent l’insignifiant signe d’émotion s’évanouissait en laissant place au trait nonchalant et fatigué de la femme. Sans un mot de plus, elle se retourna face à la tombe et posa un genou au sol posant son avant-bras dessus et fermant tranquillement des yeux. Elle pensait visiter les morts, simplement, les rues étaient tellement vides la nuit, aussi bien en profiter.

*Qu’est-ce l’idée d’avoir créé des crétins sur terre? Lui n’a pas l’air mieux que les autres. Bark, il ne doit surement pas se laver tous les jours…*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leminer
Membre
avatar

Masculin Messages : 86
Date de naissance : 09/04/1974
Date d'inscription : 26/02/2011
Âge : 44
Race : Humain
Emploi/loisirs : Psychiatre
Nationalité : Américain ?

MessageSujet: Re: Un obstacle féminin   Lun 18 Avr - 23:38

La femme lui avait donner une sorte de sourire qui lui donnait un frisson dans son dos. Pendant ce sourire étrangement familier chez le docteur, la jeune femme lui répliquait:

-Que fait-on alors quand on est condamné à mort
depuis qu’on est né? Que la fatigue et la maladie sont en fait des
parties intégrantes du corps… Si dormir était le remède miracle, il y a
bien longtemps que j’aurais été rétablie, monsieur.


Elle devait être en phase terminale ou quelque chose du genre, mais si elle était bien mourante pourquoi elle se promenait dans un cimetière? Pour voir la mort en face? Pour dire bonjour à ce mort qui lui semblait importante à ses yeux? Pour trouver le sommeil éternel avec le mort? Encore fallait-il savoir pourquoi elle était encore vivante. Une brise de vent effaça comme par magie le sourire et lui redonnait son aire de morte-vivante. Elle se mît en position de prière pour le défunt et fermait les yeux.

Le docteur ne faisait qu'observer la jeune femme pour un court moment et réfléchissait à quelque chose à dire à la jeune femme. Mais comme bien d'autres fois, les mots lui venaient pas à la bouche, comme la fois où Abigaheyl a voulu le touché pour prouver sa chaleur, les mots avaient sortis dans un torrent de vocabulaire incompréhensible. Mais après une mûre réflexion, il avait juste une chose à dire à la jeune femme, mais ne savait pas les conséquences qui y allait en venir. Il prit une respiration et se concentration sur son corps amoché pour se protéger de n'importe quoi que la jeune femme allait faire.

-Si tu es si pessimiste de ta condition de vie, pourquoi ne pas juste te laisser mourir?

Le docteur ne savait pas s'il avait pesé le bouton un peu trop loin, car la jeune femme avait les yeux grands ouverts après sa phrase.

«BRaVo, DéCHet! Tu vAS MoUrrir!»


Il mît immédiatement sa bonne main sur son front en réaction du hurlement dans sa tête, mais avaient ses yeux verts et dans ces deux perles grises qui le regardait avec quelque chose que le bon docteur redoutait. Était-il aller trop loin cette fois si?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jiiny Dawnkins
Membre
avatar

Féminin Messages : 15
Date de naissance : 01/05/1986
Date d'inscription : 16/04/2011
Âge : 32
Race : Humaine
Emploi/loisirs : Militaire
Nationalité : Britannique

MessageSujet: Re: Un obstacle féminin   Mar 19 Avr - 5:39

La voix de l’homme vint briser le silence et la paix de Jiiny. Non, mais, pour qui se prenait-il de la lancer sur ce sujet, il n’avait aucune idée de qui elle était et permettait d’être ainsi ? Il y avait des gens mal polis dans la vie et il devait être dans les meilleurs dans ce sport. Tranquillement, elle ouvrit les yeux redressa le bras pour poser son coude sur son genou et posa sa tête dans le creux de sa paume. Tout ça était d’un ennui, mais aussi d’une concentration trop grande pour Jiiny et voilà, elle devait faire encore un effort pour quelqu’un.

- Pourquoi devrais-je précipiter l’inévitable? Je ne suis une condamnée à mort, pas une suicidaire.

*Difficile de voir la différence, crétin ? Ai-je une corde autour du cou ou encore mon arme dans la gorge ? Non ! Pour tous ceux qui m’ont pointé du doigt en disant que je ne vivrai pas assez vieille pour voir quelqu’un d’autre mourir, ils peuvent aller se faire voir chez les moines ou les cannibales.*

Le visage écrasé dans sa main, elle continua de regarder l’homme paisiblement de son air fatigué et ennuyé. Son corps semblait lourd et se relever étant du travail trop exigeant. Contrairement au croire de l’homme, elle n’avait pas à faire la paix avec la mort, on ne peut peut pas faire la paix avec elle et Jiiny était bien trop paresseuse pour regarder celle-ci en face.

Elle poussa un soupir et referma les yeux un brefs instants.

-Les condamnés à mort dans les prisons, ils attendent des dizaines et des vingtaines d’années avant d’être exécuté, je ne crois pas que plusieurs se soient dit « Hey, mais pourquoi je me suiciderais pas ? Ca va les faire chier de pas pouvoir faire de moi un nouveau show… » Non ils attendent la mort. Certains arrivent même à s’en sauver. Pourquoi moi, qui est libre et qui arrive à vivre de façon presque normale devrais-je m’enlevé la vie ? De plus, c’est bien trop d’effort.

Jiiny haussa paisiblement les épaules, son corps restait sans émotion alors que les paroles se défilaient de sa bouche.

*Va mourir toi-même non, mais.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leminer
Membre
avatar

Masculin Messages : 86
Date de naissance : 09/04/1974
Date d'inscription : 26/02/2011
Âge : 44
Race : Humain
Emploi/loisirs : Psychiatre
Nationalité : Américain ?

MessageSujet: Re: Un obstacle féminin   Mar 19 Avr - 8:14

Il reposait sa main tremblante et sa tête ne lui faisait plus mal. Il s'attendait à une réaction plus féroce de la part de la jeune femme mourante, mais elle avait raison. Le fait qu'elle est condamné à mourir ne veut pas sincèrement dire qu'elle voulait mourir, mais ce n'est pas tout les condamnés qui pensèrent comme elle. Le docteur en avait bien vu des patients qui étaient entrés dans son bureau et qu'il déclarait ouvertement qu'ils veulent mourir, même plusieurs fois il y en avait qui se sont presque enlevés la vie devant ses yeux pendant une session. Mais leur raison était de la culpabilité et du désespoir. La jeune femme, autrement que ces patients suicidaires, l'attendait et elle semblait être en paix avec cette décision.

Elle devait le détestait au plus profond de sa remarque, mais le docteur n'avait pas de remords de ses questions, mais une crainte à ce que la femme ne prend son arme et lui coupa la tête. Pourquoi il devrait sans faire? La jeune femme semblait ne pas vouloir sa mort, même son état suggérait qu'il était facile de le tuer.

À la fin de la phrase de la jeune femme, il souriait amèrement. Trop d'effort? Cette femme était très paresseuse pour dire de telle chose ou c'était une blague noire.

Il voyait bien ce qu'il faisait n'était que d'amener la jeune femme dans un état qu'il ne voulait pas vraiment confronté dans une discussion. Sa tête lui faisait encore mal et son épaule le tiraillait. Il devait faire ses adieux et partir pour l'Inquisition. Il s'étira et bailla, la fatigue sûrement.

-Bien, je dois partir. J'espère que notre prochaine rencontre ne se terminera pas dans cette ambiance amère. Bonne nuit.

Et sur ses mots, il marchait vers sa destination.

Cette jeune mourante n'avait tellement pas le caractère d'Abigaheyl. Bon, il faillait bien se dire qu'ils ne sont pas rencontrer dans les mêmes conditions et qu'il n'avait pas la même humeur que la nuit dernière.

-Pour l'amour du Saint-Esprit, pourquoi je les compare ces deux là?!

Il chassa cette idée médiocre de son esprit et continuait à marcher vers l'Inquisition sans se soucier si la jeune femme était encore devant la pierre tombale du défunt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jiiny Dawnkins
Membre
avatar

Féminin Messages : 15
Date de naissance : 01/05/1986
Date d'inscription : 16/04/2011
Âge : 32
Race : Humaine
Emploi/loisirs : Militaire
Nationalité : Britannique

MessageSujet: Re: Un obstacle féminin   Mer 20 Avr - 22:17

Jiiny ne s’occupa trop de l’homme, pourquoi parlait-il d’une prochaine rencontre et il y avait quoi d’amer dans cette soirée. Elle qui était venue se recueillir auprès d’une tombe, elle avait du supporter la présence d’un inconnu qui semblait un peu trop lui porter d’attention.

Elle leva les yeux pour observer l’homme qui partait, des tombes, l’homme, des fleurs, quelques chandelles supportant le temps humide, une ombre noire, des tombes… une ombre noire? Ah non, cette ombre n’était pas normale, même dans un cimetière. Elle se redressa lentement. Malheureusement entre elle et l’ombre noire se trouvait l’homme, toujours là pour gêner. Néanmoins, elle ne pouvait pas le laisser partir et le laisser avec le risque que pouvait impliquer une telle ombre. Elle était bien placée pour savoir qu’il fallait se méfier et sauvée.. Les innocents. Quelques que soit le sens de ce mot.

Elle se tourna et sortit son homme. Elle n’était pas pour crier et faire la folle au milieu d’un cimetière, même les morts ne méritaient pas de subir d’hystérique. Jiiny leva lentement son arme à feu. Contrairement, à son arme de sniper, il était plus simple à maitriser dans les lieux ou elle n’avait pas la chance de se cacher pour s’installer.

-Hey … Monsieur, tournez-vous et si vous bougez vous allez mourir.

Dit-elle de sa voix sans émotion visant soit l’homme soit quelques choses derrière lui.

- Je crois, malheureusement que votre soirée n’est pas terminée et la mienne du même fait …

Elle attendit que l’homme soit fasse à elle et dans un calme absolu. Elle tira, elle vit la balle passer non loin de l’homme…

*J’aurais peut-être dû l’accrocher, lui faire la peur de sa vie et qu’il s’évanouisse, j’aurais eu sans doute moins de problèmes.*

La femme malade n’avait pas pour but de viser l’homme, il n’était que dans son champ de vision. Avec sa dextérité à l’arme à feu et un peu de chance, elle toucha une chandelle près d’un buisson mort. Lentement la chandelle commença à pencher et Jiiny suivit le mouvement avec sa tête plus préoccupée de savoir si elle avait réussi son coup que de savoir si elle avait frôlé l’homme qui semblait déjà avoir passé une mauvaise soirée.

Puis, le buisson s’enflamma, les yeux de Jiiny s’ouvrir légèrement. Qu’est-ce qu’était ce truc poilu montrant les crocs? Ce n’était pas un chien, c’était bien trop gros.

*C’est quoi ce truc ? C’est franchement dégueulasse.*

Jiiny fiza la bête qui ne pouvait plus se terrer éclairer par le buisson en feu.

- Apparemment, nous avons un invité-surprise, je n’aime pas les invités-surprises, un par soir c’est suffisant.

*Trois choix mon gars, tu t’évanouis, tu t’enfuis ou tu vis*

Prudemment et lentement, elle s’avança vers Leminer. Fizant la bête des yeux, qui n’avait jusqu’à présent pas bougé. Probablement pour attendre que le buisson s’éteigne, ça serait un truc rusé? Peut-être…

Jiiny regardant toujours la bête se mit à murmurer à l’homme.

- Recule si tu ne te sens pas apte et … je m’appel Jiiny juste comme ça…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leminer
Membre
avatar

Masculin Messages : 86
Date de naissance : 09/04/1974
Date d'inscription : 26/02/2011
Âge : 44
Race : Humain
Emploi/loisirs : Psychiatre
Nationalité : Américain ?

MessageSujet: Re: Un obstacle féminin   Jeu 21 Avr - 0:17

-Il me reste une heure avant ma session, qu'est-ce que j'vais faire pour tuer le temps?

Il marchait tranquillement vers l'extérieur du cimetière, sans se préoccuper de son environnement, quand soudain...

-Hey … Monsieur, tournez-vous et si vous bougez vous allez mourir.

Il s'arrêta dans ses pas, un pied en avant de l'autre. Une goutte de sueur tombait de son front. Il ne disait rien et sa pensée était vierge d'idée. Le docteur avala sa salive. Il était effrayé et avait un pressentiment que la femme ne rigolait pas. Dans l'ombre de la nuit, il pouvait entre un étrange rire. Bien sûr, ce n'est que lui qui l'entendait et seulement lui qui voyait une sorte de silhouette devant l'entrée. Même dans l'ombre, il pouvait voir son grand sourire blanchâtre. Elle annonçait sa mort sans dire un mot ou par un geste.

Dans la terreur, le docteur se tourna vers la jeune femme. Elle avait une arme. Qui pointait devant lui. Il essayait du mieux qu'il pouvait de ne pas montrer sa peur, mais sa bonne main s'était mise discrètement dans sa poche de pantalon où les explosifs étaient rangés.

- Je crois, malheureusement que votre soirée n’est pas terminée et la mienne du même fait …

Au moment où son corps était en direction de la jeune femme, elle tira. La balle avait dû passé à quelques centimètres de sa tête car il avait entendu le sifflement de la balle. Mais la balle ne fait que se planter dans une haute pierre tombale et avait accrocher une chandelle qui tombait près d'un buisson mort qui s'enflamma. Avait-elle manqué son coup? Est-ce que c'est un avertissement venant d'une vampire ou d'une louve-garou qui ne volait pas se faire démasquer? Non, car lorsque le docteur se tourna vers le buisson enflammé, il voyait un loup-garou à quatre pattes, caché. Le Nocturne avait de la bave qui dégoulinait de sa gueule et avait un aire d'affamé. Il devait avoir très faim et peut-être assez faim pour deux humains.

- Apparemment, nous avons un invité-surprise, je n’aime pas les invités-surprises, un par soir c’est suffisant.

Est-ce qu'elle est folle?! Elle ne pouvait pas distinguer un homme-loup à un chien ou avait-elle oublié ses lunettes chez elle? Peu importe, la jeune femme s'approchait de lui, visant le loup-garou qui restait sur ses gardes et regardaient directement dans les yeux de la jeune femme doublement armée.

- Recule si tu ne te sens pas apte et … je m’appel Jiiny juste comme ça…

Et elle avait le front de lui faire la conversation?! Avec un loup-garou devant eux?! Le docteur finalisa que ce qu'elle disait à propos de son attitude non-suicidaire était un mensonge. Le docteur ne disait rien en réponse et ne faisait que regarder le loup-garou. Le Nocturne savait maintenant que le docteur était un Inquisiteur, il avait reniflé deux fois du nez et il montrait ses crocs.

-Docteur... Docteur Christ-Lloyd.

Il essayait de dire sa phrase sans que le loup-garou sent son anxiété, mais il devait être déjà trop tard. La bête démontrait un grand sourire envers ses deux futures proies et grognait. Dans la préparation d'une éventuelle bataille, Leminer sortît quelques bombes explosives de sa poche dans la discrétion.

-Écoute, murmurait-il. Je sais qu'on n'est pas dans le meilleur des états de sociabilité, mais c'est à toi de partir...


Avant même qu'il puisse continuer, la bête se dévoila sur ses deux pattes et allait sauter sur les individus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jiiny Dawnkins
Membre
avatar

Féminin Messages : 15
Date de naissance : 01/05/1986
Date d'inscription : 16/04/2011
Âge : 32
Race : Humaine
Emploi/loisirs : Militaire
Nationalité : Britannique

MessageSujet: Re: Un obstacle féminin   Ven 22 Avr - 20:45

Jiiny tourna un œil vers l’homme. Comment osait-il lui dire que c’était ELLE qui était de trop dans ce décor. Bien sûr, il n’avait aucune idée de qui elle était et honnêtement elle en avait rien à faire qu’il ignorait être face à une militaire d’une brigade spéciale de l’armée britannique. Personne n’avait à le savoir à part elle-même et le peu de personne qui devait absolument le savoir. Combien de fois s’était-elle fait regarder de haut par des militaires en pleine possession de leur force et de leur expérience.

Sa seule qualité aux yeux de ces hommes était sa grandeur près du mètre quatre-vingt ce qui était très grand pour une femme, encore plus pour une femme malade comme elle.

Jiiny n’avait pas peur de la bête, elle ignorait ce que cela pouvait bien être, mais elle avait certainement connu pire dans les déserts ou dans les montagnes.

*Un docteur? Il a le front de me tutoyer ce bâtard… n’a-t-il donc pas appris l’étiquette, on aurait aussi bien fait de lui coller sur la bouche pour le faire taire.*

- et bien cher Docteur…

Elle serra lentement son arme.

- Cette bête s’en fou pas mal qu’on ne veuille pas d’elle ici.

Jiiny attrapa lentement son katana près à le sortir dès le premier mouvement de la bête. Beaucoup l’aurait cru folle de sortir une telle arme et pourtant elle semblait sûre d’elle. L’expression de ses yeux n’avait pas changé. Toujours dans un état de fatigue, elle semblait par contre être irritée par la présence de la bête.

Quand elle se rendit compte, le monstre sautait directement sur eux, elle n’eut qu’un seul réflexe : elle dégaina rapidement son katana et se plaça en front et se servit de son katana comme d’un bouclier. La chose arriva sur Jiiny. Griffes et crocs près d’elle. Jiiny avait placé son Katana devant elle une main sur le manche et l’autre sur la lame le tenant avec le pouce contre le coté non tranchant et la paume sur le coté de la lame et la bête ne fut pas assez long pour atteindre la tête de la femme. Les pieds de la femme glissèrent au sol à l’impact de l’animal et pourtant… elle était toujours debout, l’air de s’être levé depuis quelques secondes à peine. Ses yeux rivés sur les yeux de son attaquant, presque frustré d’avoir été bloqué dans son élan et de ne pas faire naitre en la femme aucun sentiment de nervosité et de peur se demandant presque pourquoi elle ne réagissait pas.

- Hey le Docteur Christ-Lloyd, si vous faisiez quelques choses, je ne suis pas éternelle dans cette position et je n’aime pas laisser l’ennemi me battre. Surtout des trucs à l’haleine fétide.

La femme tremblait un peu et sentait son cœur s’emballer lentement, l’effort physique commençait à se faire sentir et elle n’arrivait pas à repousser la chose, elle n’arrivait qu’à simplement la retenir loin d’elle pour ne pas être croquer vivante.

*Bor… je n’arrivais pas à repousser… Ça ressemble à un croisement d’un loup et d’un humain… un loup-garou? Quelle idée, ce n’est que dans les mythes!!*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leminer
Membre
avatar

Masculin Messages : 86
Date de naissance : 09/04/1974
Date d'inscription : 26/02/2011
Âge : 44
Race : Humain
Emploi/loisirs : Psychiatre
Nationalité : Américain ?

MessageSujet: Re: Un obstacle féminin   Sam 23 Avr - 0:54

- Et bien, cher Docteur… Cette bête s’en fou pas mal qu’on ne veuille pas d’elle ici.

Elle n'allait pas s'en aller. Le docteur voulait lui crier dessus pour cet entêtement, mais son attention était rivé sur le loup-garou qui fait son mouvement. Les deux individus n'ont pas pu bouger de leur position initiale et le monstre sauta sur la jeune femme. Le docteur, dans un stresse quasiment mortel, voyait en mouvement ralentit le lycan fonçer sur la jeune femme. Il croyait qu'elle allait mourir, mais par une rapidité qui surprît même le docteur la jeune femme déguéna son katana et bloqua les griffes du loup-garou, ainsi que sa gueule, dans une préçision que seulement il avait vu chez quelques Inquisiteurs. Par une force qui semblait inhumaine, la jeune femme réussissait à tenir tête au loup-garou. Le sang coulait des doigts du Nocturne, mais il continuait à enfonçer la jeune femme.
Pour sa part, le docteur fait une distance de deux mètres entre lui et les deux adversaires. Il ne devait pas se mettre dans le chemin de Jiiny et encore moins de celui du loup-garou.

- Hey le Docteur Christ-Lloyd, si vous faisiez quelques choses, je ne suis pas éternelle dans cette position et je n’aime pas laisser l’ennemi me battre. Surtout des trucs à l’haleine fétide.

La voix de Jiiny n'avait pas changé de ton, mais elle commençait à perdre le combat de force entre elle et le cruel Nocturne. Il devait trouver une solution et vite. L'utilisation de ses mini-bombes explosifs étaient un gros "non non" à moins qu'il voulait la mort de Jiiny aussi. Il devait y aller pour les mini-bombes à ordre défensif. Il sortît une mini-bombe puante et plus vite que l'éclair il découvrît la force et la direction du vent, la distance exacte entre lui et les deux combattants, la force et le geste nécessaire de son bon bras pour lancer sa mini-bombe pour que le gaz ne touche que la bête nocturne et non Jiiny.

-Dame Nature, ne me laisse pas tomber, maintenant!

Il lança la bombe près du loup-garou et au contact du sol un gas invisible sortît de la petite bombe. Le gaz est extrêment puant et chimique. Si un vampire ou un loup-garou l'absorberait, même une petite quantité, il deviendrait malade et il perdrait sa concentration sur sa proie par l'alerte de ses sens. Mais une seule bombe pouvait sombrer un Nocturne dans cet état temporaire.

Le loup-garou n'avait pas entendu la petite bombe tombée et le mécanisme de dégagement qui alertait la libération du gaz. Le mini miasma puant sortît de la mini-bombe et passa sur le loup-garou sans toucher Jiiny. Le monstre n'a pas eu le temps de se retirer de sa position et s'il l'aurait essayer il aurait eu de la difficulté à cause de son emprise sur Jiiny. Il était trop orgueilleux pour la lâcher. Il avala et inspira une bonne quantité du gaz. Après seulement quelques secondes après l'inalation du produit toxique, le docteur voyait que le loup-garou se débattait pour pouvoir respirer et de ne pas lâcher prise sur Jiiny. Sa pogne perdait de sa force, il toussait, éternuait et bougeait la tête pour essayer de sécher ses yeux d'une iritation soudaine comme un cuisinier après qu'il avait coupait de la mauvaise façon un oignon, tandis que Jiiny ne semblait pas montrer les effets communs du gaz. Leminer est un peu soulagé.

Le docteur espèrait seulement Jiiny pourra tuer cet animal avec son katana ou avec une de ses arme à feu.

-Tue-le, il pensait. Tue-le, maintenant sinon t'es morte!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jiiny Dawnkins
Membre
avatar

Féminin Messages : 15
Date de naissance : 01/05/1986
Date d'inscription : 16/04/2011
Âge : 32
Race : Humaine
Emploi/loisirs : Militaire
Nationalité : Britannique

MessageSujet: Re: Un obstacle féminin   Sam 23 Avr - 15:25

Jinny se sentait prise entre deux feux, elle vit l’animal commencé à s’étouffer et chercher son air. Profitant de ce moment d’inattention pour poser l’une de ses longues jambes sur le torse de la bête et le repousser d’un coup sec vers l’arrière. Elle vit du sang sur la lame de son arme japonaise et se n’était pas le sien, mais celui de la bête, il devait avoir l’intérieur des pattes blessées, coupées profondément. Jiiny prit un bref instant pour baisser les yeux sur l’animal qui tenait difficilement sur ses pattes arrière. Devait-elle l’abattre ? Cette idée lui franchit l’esprit pendant un bref instant.

Jiiny prit trop de temps pour réagir, elle n’était pas la plus douée sur le corps à corps habituer d’avoir des heures entières cachées avant de devoir mettre une balle dans la tête de quelqu’un et ce, seulement s’il représentait un grand danger. Elle vit la bête lui foncer dessus à l’aveugle, elle profita de la force de la créature à son avantage et se pencha au dernier instant pour faire chavirer la chose nauséabonde sur le ventre. Son « dog tags » s’échappa de son collet et brilla à la lueur des chandelles.

Elle leva les yeux pour apercevoir l’animal et se releva rapidement pour grimper dessus et placer l’un de ses pieds sur le cou de la bête pour l’immobiliser. Simplement à cet instant, elle serra son katana et sortit son arme lui pointant la tête.

- Tu sembles être doué d’intelligence, si c’est le cas, tu comprendras, que si tu bouges tu sentiras un trou dans ta nuque que tu ne souhaites pas.

Elle resta immobile un bref instant alors que l’animal tentait de retrouver encore ses sens. Jiiny leva prudemment son regard vers l’homme, lui jetant un regard noir. Cet homme face à lui avait en sa possession une arme conçue contre cette bête en particulier et ça paraissait que ce n’était pas dû au hasard. Était-ce à cause de lui

- C’est quoi ce truc ? Et ne me compte pas d’histoire, je ne suis pas stupide, monsieur le Docteur qui traine des genres de grenades puantes avec lui. Tu vas me dire ce qu’il nous voulait et surtout ce que c’est

L’animal se mit à grogner et Jiiny écrasa un peu la nuque de la chose.

- Oh toi ne t’en mêle pas veux-tu ? Reste tranquille sinon je t’écrase la nuque avec mon pied.

Dit-elle d’une voix calme qui dérouta même l’animal. La chose semblait la trouver plus lourde qu’elle ne semblait l’être, car il resta écraser au sol faisant des petits gémissements tel un chiot. La militaire releva les yeux vers le Docteur et fronça les sourcils brièvement.

*Qu’est-ce qui cet imbécile à fait pour s’attirer les foudres de cette chose qui semble prêt à foutre le camp pour mieux nous attaqué de dos. Ca semble vicieux ce truc, l’autre semble à un pervers refoulé, pas vraiment mieux.*

- N’attend pas que je te vise avec mon arme pour avoir une raison, je n’ai pas de patience après plusieurs heures d’avion…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leminer
Membre
avatar

Masculin Messages : 86
Date de naissance : 09/04/1974
Date d'inscription : 26/02/2011
Âge : 44
Race : Humain
Emploi/loisirs : Psychiatre
Nationalité : Américain ?

MessageSujet: Re: Un obstacle féminin   Dim 24 Avr - 0:45

- Tu sembles être doué d’intelligence, si c’est le cas, tu comprendras, que si tu bouges tu sentiras un trou dans ta nuque que tu ne souhaites pas.

Le docteur n'était pas très impressioner que Jiiny mît à terre le loup-garou. La bête était aveugle et avait faim, elle a du perdre contrôle de son humanité et de sa raison jusqu'à ce que la jeune femme le calma avec l'un des seul moyen efficace pour calmer un Nocturne. Jiiny ne devait pas être une civile naturelle pour pouvoir mettre en hors-combat un loup-garou avec un peu d'aide. Elle devait être une femme de l'armée ou au moins quelqu'un avec une grande connaissance du combat pour mettre temporairement hors-de-service un loup-garou.

Soudainement, cette combattante se tourna vers le docteur avec un regard furieux. Elle ne devait pas être contente de faire un effort pour maîtriser le Nocturne. Ou bien elle voulait savoir ce que cette animale était. Ou bien pourquoi un proclamer docteur avait des bombes dessus lui. Pendant le stresse, il avait une terrible envie de fumer.

- C’est quoi ce truc ? Et ne me compte pas d’histoire, je ne suis pas stupide, monsieur le Docteur qui traine des genres de grenades puantes avec lui. Tu vas me dire ce qu’il nous voulait et surtout ce que c’est.

Bonne chose, elle n'avait pas demandé comment il avait eu ces bombes. Mauvaise chose, elle allait sûrement le demander plus tard et probablement pourquoi il en portait avec lui. Bonne chose qu'elle n'avait pas vu les mini-bombes explosives, sinon il saurait vraiment dans le problème.

Le loup-garou recommençait à grogner sur Jiiny, mais lui recloua le bec. Leminer n'avait pas vraiment de raison de cacher la vrai nature du monstre, il était sous elle. De plus, elle ne semblait pas être très contente.

- N’attend pas que je te vise avec mon arme pour avoir une raison, je n’ai pas de patience après plusieurs heures d’avion…

Le docteur avait arrêté de respirer pendant quelques secondes quand Jiiny mentionna le mot "arme". Il ne voulait surtout pas mourir par une femme. Quelle hônte cela serait! Dans la nervosité qu'il l'envahît, il leva légèrement sa bonne main pour montrer aucune bombe cacher.

-C'est un loup-garou et il veut nous manger. C'est tout.

Pour le psychiatre, le fait qu'un loup-garou affamé attaquant un couple ou un groupe d'ami était très courrant dans son milieu de vie, mais pour Jiiny cela devait faire une drôle d'idée dans un contexte assez réaliste. Le docteur imaginait ce que la combattante pensait, beaucoup plus de questions que de réponses certainement. Mais l'ex-chasseur n'était pas télépate. Dans la nervosité du moment, il avait oublié le temps de l'effet de son arme et de la règle d'or dans l'Inquisition très simple et ne comportant que six mots.
-TUER AVANT DE SE FAIRE TUER.


(Jiiny, je m'excuse d'avance d'avoir changer la couleur de ton texte, mais mon ordi ne semble pas prendre le gris pour une raison, alors je l'ai mis blanc. ^^U)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jiiny Dawnkins
Membre
avatar

Féminin Messages : 15
Date de naissance : 01/05/1986
Date d'inscription : 16/04/2011
Âge : 32
Race : Humaine
Emploi/loisirs : Militaire
Nationalité : Britannique

MessageSujet: Re: Un obstacle féminin   Dim 24 Avr - 11:00

Jiiny fixait toujours l’homme quand il dévoila l’identité de l’animal sous elle. Elle en avait déjà entendu dans les comptes et légendes, mais elle n’aurait jamais avoué croire en l’existence des loups-garous. Son regard revint à la normale et elle s’accroupit sur l’animal.

Elle entendit le bruit de métal des plaques se frotter ensemble, baissa les yeux et remit ses plaques identitaires dans l’intérieur de son chandail. La botte toujours dans le cou de l’animal et regarda la pauvre créature qui semblait beaucoup plus se reprocher de s’être fait battre par ses victimes que d’avoir attaquer les deux personnes.

La militaire releva le regard vers le Docteur, étant restée en position accroupie, les deux avant-bras sur ses cuisses étant toujours alertes du moindre mouvement de l’animal.

*C’est qui qui a eu la brillante idée de me sortir de l’hôpital ? J’aurais pu y rester et simplement dormir tranquille. À la place, on m’a foutu six mois à l’étranger pour surveiller des criminels de guerre qui aurait fait de la chair à pâté de moi et de mon groupe. Je rentre au pays et le premier soir je tombe sur une bête velue et un détraqué qui se fait penser pour un Docteur. Honnêtement, il ressemble autant à un docteur que moi à une athlète de nage synchronisée...*

Jiiny commençait à avoir de sérieux doute sur la véracité de l’identité de l’homme. Devait-elle le torturer pour avoir plus d’information… Pour l’instant, elle avait une crêpe velue à s’occuper avant qu’elle soit brûlée.

Son visage n’exprima pas ses craintes vis-à-vis de l’homme et elle le regarda toujours en position que beaucoup aurait jugée difficile et inconfortable.

- Alors, comment on maitrise ce … loup-garou? Je ne suis pas une bouchère, je ne massacre pas les animaux. Je présume qu’un coup de crosse derrière la tête ne lui fera qu’une bosse sans plus. Alors, que fait-on monsieur? Puisque vous semblez tant en savoir sur ces créatures?

Aucun problème j’utilise un code HTML maintenant pour la couleur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leminer
Membre
avatar

Masculin Messages : 86
Date de naissance : 09/04/1974
Date d'inscription : 26/02/2011
Âge : 44
Race : Humain
Emploi/loisirs : Psychiatre
Nationalité : Américain ?

MessageSujet: Re: Un obstacle féminin   Dim 24 Avr - 15:48

-Dans quelle galère je me suis retrouver? J'aurais juste aller directement dans le HQ que de m'arrêter.

Il soupira de soulagement et de relâchement. Finalement, elle comprît l'importance de... attend. Maitriser? Elle n'avait pas encore comprît, on dirait. Non, elle n'avait pas encore comprît. On ne peut pas "maitriser" un loup-garou de la façon que Jiiny semblait mettre en exemple. La seule maitrise qui était efficace contre un loup-garou était la plus sanglante. Le docteur sortît une de mini-bombe explosive et une autre puante. Bleu pour explosive et rouge pour puante.

-On pourrait le maitriser, mais mettre un loup-garou dans le coma c'est quasiment impossible. Même si je ferrais la même chose en double que tout à l'heure, il restera conscient. Alors, je dois l'abattre, à moins que tu vois une objection.

Le loup lui montrait ses crocs. Le docteur n'était pas impressioner. La seule chose qui avait en tête s'était d'en finir pour partir et fumer. Son cerveau criait une demande de fumer la nicotine, mais il la supressa et attendait la réponse de Jiiny. Elle ne semblait pas vouloir le tuer avec une bonne raison. Mettre fin aux jours d'un lycan est une tâche très salissante et surtout quand les seules armes offensives qu'il portait été des mini-bombes.

-À moins que tu veux qu'il ne nous tue?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jiiny Dawnkins
Membre
avatar

Féminin Messages : 15
Date de naissance : 01/05/1986
Date d'inscription : 16/04/2011
Âge : 32
Race : Humaine
Emploi/loisirs : Militaire
Nationalité : Britannique

MessageSujet: Re: Un obstacle féminin   Mar 26 Avr - 22:40

La jeune militaire trouva les idées du soi-disant Docteur très arrêté et plutôt macabre. N’ayant jamais eu trop de remords à tuer des gens qui le méritaient, elle connaissait trop peu sur ces étranges créatures pour les abattre sans trop comprendre.

- Ce que je vois, c’est que si on manque notre coup pour l’abattre ca sera un carnage et même moi je vois que tu es nerveux, donc ça ne sera pas une bonne idée si on tente quoi que ce soit pour simplement le tuer, on courra à notre perte. Alors, ici-bas à l’air plus calme que toi. Qui plus est, l’abattre ici et maintenant serait salissant, très peu respectueux pour les morts et trop déshonorant…

Elle baissa les yeux sur la créature qui gigotait et elle lui bloqua la nuque avec sa botte, jusqu’à entendre un petit cri étouffé et relâcha juste assez son poids pour ne pas l’étouffer. Elle redressa son regard fatigué sur la personne devant elle. Son cœur reprenait lentement son rythme habituel, son regard resta cloué sur l’homme qui se prétendait docteur.

*Quel est ce fou? Il veut commettre un meurtre comme ça, ici, maintenant? Quelle idée de fou! À croire, qu’il est en réalité un patient d’un asile psychiatrique qu’on aurait laissé sortir pour être certain, qu’il aille jouer dans le trafic et qu’il se tue pour faire une plaie de moins sur terre. Je ne sais pas comment il a fait pour obtenir une telle arme, je vais commencer à croire que c’est en réalité qu’une arnaque*

- Je ne comptais pas mettre cette bestiole dans le coma, simplement l’immobiliser assez longtemps ou encore l’assommer. Je ne vais pas commettre un meurtre ici et maintenant, si je tue et que je me fais prendre, je suis bonne pour la cour martiale et personnellement ce n’est pas l’une de mes activités préférées.

*J’ai assez des traitements en tout genre de l’armée, je ne vais pas subir un procès mortel pour être privé de liberté et être trainé à l’étranger, je n’aimerais pas vivre dans un camp pour attendre ma prochaine mission. Ca serait me condamner à mort, oh non. Je me tuerais bien avant.*

Toujours courbé sur l’animal, elle rebaissa les yeux vers cette étrange créature qui avait si plein de vie. Pourquoi cherchait-elle à tuer et pourquoi une brosse à dents était-elle une option ? Il aurait dû se laver, selon l’avis de la militaire. Elle releva le regard une fois de plus vers l’homme qui se considérait comme un docteur.

-Je refuse de participer à ce massacre, si tu souhaites le faire je relâche la bête et je ne crois pas qu’elle se jettera sur moi en premier… Je suis sûr que tu auras du plaisir à jeu égal. On ne tue pas un homme à terre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leminer
Membre
avatar

Masculin Messages : 86
Date de naissance : 09/04/1974
Date d'inscription : 26/02/2011
Âge : 44
Race : Humain
Emploi/loisirs : Psychiatre
Nationalité : Américain ?

MessageSujet: Re: Un obstacle féminin   Mar 26 Avr - 23:27

Les yeux du docteur commencèrent à montrer une grande colère monter de l'obscurité de son âme. Les ordres de la jeune femme, plus forte que lui, lui disait quoi faire. Un arrière goût de frustration de son passé revient au galop, passant dans les défenses mentales du docteur. La rage revenait en lui. La haine d'être inférieur. La colère, cette colère. Le loup-garou la sentait bien. Dans sa tête, il ne voulait que faire une chose:

Tuer le monstre que la jeune femme semblait protéger et respecter.

Comment pouvait-elle ou, mieux encore, comment pouvait-elle comprendre la dangerositée de ses monstres? Ses démons qui ont tués plus d'innoncents que toutes les guerres réunies. Ses créatures nocturnes voyant que les êtres humains comme des animaux à viande salée, mais au sang supposément succulant. Des monstres qui se faufillent dans les rues de la nuit, rencontrent leur amour, se cachent et les tue. Leminer en a vu des cas similaires. Un humain tombe en amour avec un vampire ou un loup-garou, partent pour une nuit et le lendemain on retrouve le corps de l'humain dans une poubelle. Pour ces choses, les humains ne sont que de la nourriture, du gibier. Il a comprît cela depuis bien longtemps et c'est toujours le cas aujourd'hui.

Sa rage ne faisait que monter de seconde en seconde. Le loup-garou a du reprendre contrôle de ses senses depuis longtemps puisqu'il échangeait des regards avec Jiiny comme des complices.

... comme des complices?

Le docteur, temporairement handicappé, est devenu aveugle par la rage et sa raison se résumait sur le sort de l'animal.

-Très bien. Lâche-le pour en finir.

Son ton avait changé, pour le pire. Le même ton qu'il possédait quand il était en colère. La même colère que ses camarades de groupe avait parfois vu et qu'Abigaheyl a vu ce matin-là. Le docteur n'allait pas se laisser parler sur ce ton par la jeune femme. Il allait lui montrer, ce que le pauvre petit docteur allait faire à la bête innocente sous la jeune femme qui devait peser des tonnes. Il allait lui montrer le vrai visage des Nocturnes quand il est mort. Il allait exploser la tête de la bête et allait tuer la jeune fille, si elle s'interposait dans sa nouvelle mission. Forte ou pas forte, courageuse ou paresseuse, suicidaire ou joie de vivre, humaine ou pas, femme ou homme, elle n'allait pas s'interposer dans son chemin pour pouvoir faire sa mission.

-Si tu ne veux pas faire partir du massacre, alors leve-toi et recule. Mais quoi que tu fasses, ne m'arrête pas.

Il était prêt. La colère le réveilla et toute sa nervosité disparue. Sous la jeune femme, le loup-garou grogna et ôssa à plusieurs reprise de japper au docteur. Le loup-garou l'avait prît comme adversaire et les deux sourièrent. Tout ce qu'il attentait, c'est que la jeune femme se lève ou reste sur son "complice" pour en finir avec cette monstruosité créée par la nature.

-Je t'en pris... Je t'en supplies... Arrête-moi ou laisse-moi faire, mais fait quelque chose pour que je le tue!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jiiny Dawnkins
Membre
avatar

Féminin Messages : 15
Date de naissance : 01/05/1986
Date d'inscription : 16/04/2011
Âge : 32
Race : Humaine
Emploi/loisirs : Militaire
Nationalité : Britannique

MessageSujet: Re: Un obstacle féminin   Sam 30 Avr - 0:54

Son regard se jeta sur l’homme devant elle, ce soi-disant docteur dont la rage semblait tranquillement l’habiter. Elle ne se souciait guère de la raison de sa rage si c’était contre elle, puisqu’elle refusait de baigner les morts dans le sang ou si c’était contre cette bête qui avait sans doute déjà verser les morts dans le sang.

Pourtant, malgré la colère qu’exprimait la voix de l’homme, des grognements de la bête malfaisante sous elle, elle resta impassible. Son regard toujours aussi vide, perdu dans le plus profond du néant tel que si elle n’avait jamais possédé d’âme. Elle était tel qu’une statue de sel dont on n’aurait jamais infusé d’âme et de créativité, son regard mort, vide et qui n’exprimait qu’un profond néant, un certain je-m’en-foutisme envers l’homme et la bête. Même malgré son air, elle n’avait pas bougé.

Toujours de marbre, elle resta accroupie sur l’animal et fixait l’homme comme si elle n’avait tout simplement plus conscience de la réalité. Son corps ne reflétait pas son état d’esprit.

Le fait était qu’elle était entre deux feux, entre deux ennemies qui avaient chacun une raison apparente ou non de vouloir en finir de l’autre. Elle n’était qu’arrivée à un instant mal choisi. Intérieurement, elle se traitait de tous les noms d’être venu joindre son propre docteur ce soir-là, à cet instant, à cette heure. Rien ne l’avait poussé à venir de nuit, après un si long voyage, après si longue absence, il était mort il aurait pu attendre une journée de plus. Que pouvait-elle faire ? Fermer les yeux sur une bagarre sanglante qui finirait en un « match nul » avec deux morts de plus dans un cimetière ou bien rester et se faire tuer par l’un des deux ? Rien de ces idées ne lui plaisait, en fait elle se sentait prise entre deux idées contradictoires. Se mêler de ce qu’il ne la regardait pas lui était désagréable et pénible et pourtant les laisser se battre lui en était autant rebutant.

- Êtes-vous le moindrement conscient de la situation actuelle ? Dans la situation dans laquelle je suis. Avez-vous pensé le moindrement que je n’ai aucune envie d’expliquer pourquoi il y a eu un ou deux meurtres dans un cimetière et que j’y étais présente quelques heures à peine après avoir eu ma liberté ? Je n’ai pas demandé d’être la les pieds sur un tapis de poil gras et méphitique et à me demander si le soi-disant docteur devant moi à vraiment la tête sur les épaules à vouloir tuer sans la moindre gêne et surtout de l’avouer devant une parfaite inconnue. Alors présentement je me demande vraiment lequel entre vous et lui est vraiment la bête ou si je ne suis pas en train de faire un fameux cauchemar que peut provoquer la morphine. Il est certain que je pourrais lui casser la nuque et m’en laver les mains, mais pourquoi je ferais plus confiance en vous qu’en cette créature.

Son ton de voix était solide, mais rempli d'aucunes réelle émotion à part une légère teinte d’agacement. Sa voix était restée douce et lente, comme si elle ne s’était réveillée que d’un cauchemar incontrôlable.

Tranquillement, elle se redressa et sortit son katana tâché du sang du loup-garou qui s’était blessé durant la lutte. Sans émotion elle dégaina l’arme en baissant les yeux sur l’arme de métal, puis les redressa vers l’homme. Elle resta ainsi un bref moment et … présenta le manche de l’arme au Docteur.

- Tue-moi, tue-le ou les deux. De toute façon, apparemment je perdrai au change. Je n’ai aucune porte de sortie, comme si j’étais debout sur une bombe, bien qu’il semble que ce soit vous qui possédiez les bombes. Si vous avez l’âme noire, vous n’aurez aucun problème à m’abattre de votre passage pour anéantir votre principal ennemi.

*Ce genre d’homme, ce genre de l’espèce humaine dont le monde devrait pointer du doigt. Certes j’ai du tuer des dizaines d’immondes personnages, mais je n’ai jamais abattue qui que ce soi à moins de ne pas y avoir le choix. J’ai déjà été la faucheuse et l’exécutrice, mais je ne considère pas avoir été un bourreau qui assène le coup de mort aveuglément sans savoir d’abord pourquoi n’a-t-il donc pas de possibilité connexe. Pour l’instant, il sera bourreau et je ne puis l’empêcher vu la rage qui semble l’habiter*

Elle leva les yeux au ciel, son expression n’ayant pas changé, l’arme toujours présentée à l’homme.

-Hitler croyait en l’homme parfait, il croyait aussi que les juifs étaient tous une plaie de l’humanité. Pourtant, je ne crois pas qu’il avait raison de tuer sans regarder.

Son regard baissa de nouveau sur l’homme, prêt à attendre la moindre réaction, sans pourtant chercher à deviner…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leminer
Membre
avatar

Masculin Messages : 86
Date de naissance : 09/04/1974
Date d'inscription : 26/02/2011
Âge : 44
Race : Humain
Emploi/loisirs : Psychiatre
Nationalité : Américain ?

MessageSujet: Re: Un obstacle féminin   Sam 30 Avr - 9:38

Pourquoi la jeune femme lui faisait rappeler les horribles évènements de la deuxième Guerre Mondiale? Dans la tête peu raisonnante du docteur, il voulait rire. Rire d'elle, rire de lui, rire du monstre sous son pied. Est-ce qu'elle comparaît ce monstre pour un de ces pauvres juifs exécutés durant cet évènement atroce? Les juifs étaient persécutés et dénigrés. Certains devaient ,peut-être, eu la mort qui leur était donnée pour des crimes dont ils étaient acquittés par la justice. Mais son travail était de tuer les loup-garous qui amenaient la mort d'hommes et de femmes pendant la nuit, dont les « méchants » loup-garous et vampires. Dans cette pensée, quelque chose fît surface. Un souvenir.


C'était pendant une nuit de chasse. Le docteur et ses compagnons de combat avaient eu ordre de tuer un loup-garou qui avait tuer un homme d'affaire pour une question de vengeance. Le groupe arriva dans la maison de la créature et elle les attendait. Un de ses collègue l’abattu sur le champs sous les yeux indifférents des autres.

-C'était facile.

Oui, mais par pour longtemps. Un cri de tristesse pénétra dans les oreilles du docteur et de son groupe. Deux enfants descendirent des escaliers sous les cris d'ordre d'une femme, leur mère. Le monstre reprît sa forme humaine et les enfants entourèrent le monstre prénommé: Papa.

Les enfants brassèrent faiblement leur père et demandaient qu'ils ouvrent les yeux. La mère descendît et se mît devant ses enfants et le corps de son mari pour les protéger. Elle grognait comme tout loup-garou et elle se fût abattu sur le champs par un des chasseur. Les enfants criaient aux chasseurs, supplièrent de les laisser partir, de les laisser vivant.

-Leminer, tue-les.

Le docteur regarda son collègues avec un regard horrifié. Comme un télépathe, son collègue répondait à la question qui ne dépassa jamais ses lèvres.

-Si on les laisse vivre, ils tueront comme leur père pour la vengeance. Brise ce cercle qui est déjà en motion.

Le docteur prît son fusil à contre-cœur et pointa l'un des jeune enfant. Il ne voulait pas le faire trop souffrir. Il tira, la balle dans la tête de l'enfant. Au deuxième, il hésita. Le survivant le regardait droit dans les yeux et dans une colère vengeresse il criait au groupe:

-Espèce de monstre! M... Mon père avait tuer cet homme parce qu'il vous a voler! Vous êtes là juste pour...

Une détente et le révolté tombe au sol avec sa famille. C'était un de ses camarades qui l'avait achevé et il avait un sourire innocent sur les lèvres.

-Trop tard bonhomme, ton papa aurait du juste aller chercher sa vengeance ailleurs que sur un humain.

Le groupe ricanait. Leminer suivait leur rire, mais il était amère. Sous une main tremblante, il rangea son arme et sortît de la maison en avertissant l'équipe de nettoyage de l'Inquisition de venir pour laver tout ce sang et les corps.



Le docteur était toujours habité par la rage, mais les bruits du souvenir le tapait dans son crâne. Il voulait en finir, tuer le monstre et partir. Mais comment faire quand la femme était le bouclier du monstre et que ce dernier récupérait ses forces rapidement et semblait pouvoir attaquer à n'importe quel moment. Le docteur devait faire quelque chose, mais comment pouvait-il penser correctement avec toute cette colère qui l'envahissait?

- Êtes-vous le moindrement conscient de la situation
actuelle ? Dans la situation dans laquelle je suis. Avez-vous pensé le
moindrement que je n’ai aucune envie d’expliquer pourquoi il y a eu un
ou deux meurtres dans un cimetière et que j’y étais présente quelques
heures à peine après avoir eu ma liberté ? Je n’ai pas demandé d’être la
les pieds sur un tapis de poil gras et méphitique et à me demander si
le soi-disant docteur devant moi à vraiment la tête sur les épaules à
vouloir tuer sans la moindre gêne et surtout de l’avouer devant une
parfaite inconnue. Alors présentement je me demande vraiment lequel
entre vous et lui est vraiment la bête ou si je ne suis pas en train de
faire un fameux cauchemar que peut provoquer la morphine. Il est certain
que je pourrais lui casser la nuque et m’en laver les mains, mais
pourquoi je ferais plus confiance en vous qu’en cette créature.


Il avait toute les raisons du monde pour lui dire pourquoi elle devrait lui faire plus confiance en lui que de la monstruosité qui voulait les tuer. Mais finalement, la femme comprît le principe et lui tendît la manche du katana devant le docteur. Il était à la fois surpris et à la fois soulager. Elle avait comprît le principe et il souriait de toute ses dents comme le loup-garou dans le début de l'affrontement.

-Merci de finalement comprendre le danger.

Il s'avançait vers la jeune femme. Sa rage surpassait sa peur des femmes. Il prît l'arme et examina la lame. Pour tester la capacité du katana, il ne fît aucune cérémonie et planta la lame dans le corps du loup-garou comme un couteau. La lame n'avait à peine rentrer dans la peau du monstre. Le loup-garou grognait et en le retirant la bête ne fît aucune réaction. Il observa attentivement la blessure et voyait qu'il n'y avait aucun signe de brûlure et que le loup-garou ne fît aucune réaction d'agonie. Il resta silencieux avant de montrer le manche de l'arme à la jeune femme.

-Ton arme est inutile.

Son ton n'avait pas changé, c'était un bon signe comme un mauvais.

-Si ton arme ne contient pas d'argent, on ne pourra jamais le tuer. Il y aura juste une façon et je crois que tu sais où je vais avec cette idée. Alors, lève-toi et recule, il sera mon adversaire et pas le tiens. Ne tente même pas de dire non, sinon il va te tuer dans les secondes qui vont suivre, parce qu'il joue la comédie, n'est-ce pas?

Le loup-garou dissipa son regard de vaincu et changea par un sourire de meurtrier.

-Tu peux pas vraiment le voir, mais il a un grand sourire et cela veut dire que j'ai raison. Alors Jiiny, tu as plusieurs choix qui s'offrent à toi. Sois que tu joues encore les héroïnes et que tu meurs comme une idiote ou tu te lèves et tu t'éloignes. Ne t'inquiète pas, il voudra me tuer en premier et pas toi. Rentre chez toi et va dormir.

Toute la suite des évènements seront basés sur la décision que Jiiny prendra et peut-être celle du docteur et d'elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jiiny Dawnkins
Membre
avatar

Féminin Messages : 15
Date de naissance : 01/05/1986
Date d'inscription : 16/04/2011
Âge : 32
Race : Humaine
Emploi/loisirs : Militaire
Nationalité : Britannique

MessageSujet: Re: Un obstacle féminin   Sam 7 Mai - 22:05

Jiiny vit bien la rage dans les yeux du pauvre fou qui se croyait docteur ou probablement professeur, il n’avait aucune morale ou était-il simplement aveuglé par une vieille blessure de guerre. Néanmoins, elle le laissa prendre son arme un peu fatigué de l’entendre jacasser, puis elle roula les yeux voyant l’homme incapable d’utiliser proprement un Katana. C’était officiel aux yeux de la femme, en plus d’être fou, valait pas lui mettre une arme entre les mains il serait incapable de la manier comme il se devait. Lentement, elle détourna la tête et roula les yeux.

Quand celui-ci lui rendit son arme, elle eut une réaction. Une réaction au fond d’elle.

*Pourquoi, suis-je encore là, moi? Je n’ai rien à faire ici avec ces idioties! Il n’a fait que salir mon arme que je vais devoir désinfecter. Il ne m’a jamais demandé son aide, il est même prêt à mettre la vie d’autrui en danger pour son seul bonheur de voir ce truc poilu mourir. Je dois être aussi folle que lui pour m’être mêlée à cette histoire. Il me prend pour une pauvre demoiselle en danger, qu’il aille se faire voir ce héros de l’aile psychiatrique. *

Elle agrippa son arme pour le remettre dans son fourreau. La tête basse, les cheveux dans son visage terne, ses lèvres se desserrèrent un bref instant :

- Fait ce que tu veux après tout, je suis qui pour laisser…

Sa voix vint plus faible pour qu’il ne puisse pas distinguer les mots qui n’étaient que pour elle, et peut-être pour la bête poilue au nom de « loup-garou ».

-…un fou…

Sa voix revint à la normale, sans pourtant le regarder droit dans les yeux.

- …un homme faire ce qu’il veut.

Jiiny commençait à sentir la créature tressaillir sous elle, prêt à se lever et à se battre. Si l’homme avait su utiliser l’arme comme il se devait, il ne lui aurait que trancher net la tête et créature ou pas, sans tête il aurait surement été mort. Elle soupira, fatiguer de toute histoire étrange, sa bouffé de pitié pour les deux qui allaient surement d’entretuée s’était évaporé. Dans le pire des cas, elle reviendrait de jour pour voir son docteur.

Lentement elle retira ses pieds de la bête qui ne sembla pas saisir toute l’amplitude de la situation ou de ne pas comprendre pourquoi elle se retirait même avant que le « jeu » ne soit commencé, pourtant les idées de la bête semblèrent bien vite changer, pour se tourner vers Leminer.

Jiiny fit quelques pas à reculons, jusqu’à ce que la bête se désintéresse à elle et quand elle vit son regard se détacher d’elle, elle tourna les talons et sans un mot emprunta le chemin de la sortie du cimetière, en glissant ses doigts dans ses poches.

*Et puis, qu’ils s’entretuent ça fera moins de problèmes pour tout le monde. Bande d’idiots.*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leminer
Membre
avatar

Masculin Messages : 86
Date de naissance : 09/04/1974
Date d'inscription : 26/02/2011
Âge : 44
Race : Humain
Emploi/loisirs : Psychiatre
Nationalité : Américain ?

MessageSujet: Re: Un obstacle féminin   Dim 8 Mai - 0:33

«Finalement, elle part.»

Sa remarque fût de courte durée. Quand Jiiny disparue de vue pour le docteur et de senteur pour le loup-garou, la bête chargea sur le docteur. Il n'avait pas eu le temps d'éviter l'attaque et il prît le coup de plein fouet. Il restait au sol, pendant que la bête regardait sa proie affaiblît. Sous ses grognements, le loup-garou riait du docteur.

«J'aurais dû prendre une distance quand je pouvais... Merde.»


Il se releva. Ses lunettes avaient légèrement cassées par la force de l'impact et il se maudît d'être myope, mais malgré son affaiblissement, le monstre ne lui avait pas sauté dessus. Le loup-garou devait jouer avec lui avant de le manger. Par une circonstance stratégiquement défavorable pour le démon poilu, le docteur et lui avaient une distance d'environ de deux mètres qui les séparait. Leminer souriait du coin des lèvres pour cet avantage.

Sans se demander de question, le lycanthrope rechargea sur le docteur. Une grande erreur de sa part. Il avait la gueule bien ouverte, la langue ne protégeait pas sa gorge et il y avait de la bave.

«Parfait...»

Il avait toujours la bombe explosive dans sa bonne main et après un geste de lancer, la bombe entra dans la gorge du loup-garou. Le monstre ne la sentît pas, l’œsophage d'un loup-garou est habituellement plus grand que celui d'un être humain pour pouvoir avaler la chair plus rapidement.

Il y avait un bruit sourd. Un bruit terrifiant de fracassement d'os et d'ouverture de peau. La bombe avait détonné dans l’œsophage du loup-garou situer entre les deux poumons de l'animal. La peau épaisse du monstre était rouge de sang, le fait que la peau de la bête était épaisse à absorber le choque de l'explosion et le choque a été envoyer dans tout le corps. Le monstre était seulement à un mètre du docteur, dans son état elle ne pourra jamais se régénérer. La bombe avait une poudre d'argent, ce qui évitait toute régénération possible dans les endroits affectés. Dans l'agonie qui l'entraînait, le loup-garou se mît au sol, le bras écarté dirigé vers le docteur. Sous ses crocs, le loup-garou crachait son propre sang et une sorte de fumée noire. Il s'étouffait et devenait plus humain, mais ne semblait pas mourir.

Le docteur s'approcha du loup-garou et comme un voyou, il donna un coup de pied à la pauvre bête mourante qui était déjà dans une souffrance immonde.

«Meurt.»

Le loup-garou gémît. Il redonnait un coup de pied, mais plus fort.

«J'ai dît: Meurt.»

Les yeux du loup-garou se fermèrent, mais son corps avait encore des tiques nerveux à cause de sa douleur. Le bon docteur lui écrasa le museau, cherchant à fermer sa bouche pour qu'il s'étouffe mieux.

«Meurt, maintenant.»


La bête, maintenant homme, ne bougea plus, ne respira plus et son sang jaillissait de ses blessures externes. Il examinait une dernière fois le monstre caché sous la peau humaine pour voir si elle allait se relever et l'attaquer. Non, elle ne bougeait plus, elle était bien morte. Dans la nervosité qui l'envahît, le docteur s'alluma une cigarette et la fuma religieusement. Il a dû en prendre deux ou trois bouffer avant de prendre conscience de sa position. Si quelqu'un le voyait avec un corps près de lui, il était foutu. Il prend son cellulaire et appela à un numéro secret. Les nettoyeurs de l'Inquisition. Il leur expliqua la situation avec la cigarette entre ses dents. La communication était étrange au début, mais son émetteur reconnu le nom de l'endroit et lui transmît les directions à suivre. Elles étaient simples: Aller au HQ et remplir un rapport à l'arriver. Quand le message fût finit, il regardait l'heure. Il lui restait quarante minutes avant son rendez-vous. Le docteur se regarda, ses vêtements avaient du sang dessus et son visage aussi.

«Bien... j'espère qu'il me reste des vêtements de rechange dans mon fouillis.»


Sur ses mots, il partît du cimetière en silence et en marchant rapidement vers le HQ de l'Inquisition. Dès qu'il franchît la porte du cimetière, une femme au regard froid le dévisagea et fait un signe de la tête. Sans rien ajouter, le docteur prît une bouffer de sa cigarette et continue sa marche rapidement. Elle devait faire partît du groupe de nettoyage. Sans trop penser aux évènements récents, il marcha en toute sérénité comme un tueur en série après avoir tuer un innocent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un obstacle féminin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un obstacle féminin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'orgasme féminin".
» ne pas confondre masculin avec féminin.
» Commissariat de police féminin pour protéger les femmes.
» Une opération raté = une longue route parsemée d'obstacle.
» Avatar Féminin Original

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♦♦♦ - London In The Dark - ♦♦♦ :: ●◦ En-Jeu •○ :: † Londres † :: ♦ Abbaye de Westminster :: ¤ Cimetière St-Mary's-
Sauter vers: